Toulouse - Clermont : Luc Ramos, l'arbitre de la discorde

Toulouse - Clermont : Luc Ramos, l'arbitre de la discorde©Panoramic, Media365

Mathieu Warnier, Media365 : publié le samedi 25 novembre 2023 à 16h05

Alors que Clermont se déplace à Toulouse ce samedi lors de l'avant-dernière affiche de la 8eme journée du Top 14, la désignation de Luc Ramos a rappelé une polémique ayant eu lieu plus tôt cette saison.



Luc Ramos sera observé de près ce samedi. Sur la pelouse du Stade Ernest-Wallon, l'arbitre sera au sifflet pour la rencontre entre Toulouse et Clermont dans le cadre de la 8eme journée du Top 14. Or, la dernière fois qu'il a dirigé une rencontre des Jaunards, sa prestation n'a pas fait que des heureux. Le 2 septembre dernier, lors de la réception de La Rochelle par Clermont à l'occasion de la 3eme journée du championnat, Benjamin Urdapilleta s'est signalé par un geste d'humeur visant l'entraîneur du Stade Rochelais Ronan O'Gara. Le demi de mêlée de l'ASM avait bousculé le technicien irlandais qui, à ses yeux, l'empêchait d'accélérer la reprise du jeu après la sortie du ballon en touche. Alors que les membres des deux équipes s'étaient invectivés à la suite de cet accrochage, Luc Ramos avait mis fin aux débats en sifflant une pénalité en faveur des Maritimes mais n'avait pas sanctionné Benjamin Urdapilleta d'un carton jaune.

Les Rochelais ont vite écarté la polémique

Un choix de la part de l'arbitre qui avait fait beaucoup parler, avec certains observateurs qui n'avaient pas hésité à le qualifier de laxiste. Si Ronan O'Gara avait confié que « ça n'a pas sa place » dans le rugby, l'entraîneur rochelais avait assuré qu'une sanction plus importante n'était pas nécessaire. Jules Favre, quant à lui, avait déclaré que Benjamin Urdapilleta « n'avait pas à pousser Ronan O'Gara mais cela ne mérite pas un carton jaune ». Une disproportion à laquelle Luc Ramos avait souscrit à l'issue de la rencontre. « On met des cartons jaunes pour des situations dangereuses... Ici c'est de la simple provocation, avait résumé l'arbitre face à la presse. Bien évidemment, cela n'a pas sa place à cet endroit et c'est pour cette raison qu'il y a eu une sanction. Personnellement je pense qu'un carton aurait été excessif mais peut-être que je me trompe. » Deux mois et demi après, sans doute que les Clermontois n'auront pas oublié cet incident.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.