Top 14 (Finale) : Le doublé pour Toulouse !

Top 14 (Finale) : Le doublé pour Toulouse !©Media365

Mathieu WARNIER, Media365, publié le vendredi 25 juin 2021 à 22h41

A l'issue d'une finale durant laquelle son pragmatisme a fait la différence, Toulouse domine La Rochelle (18-8) et signe le doublé Top 14-Champions Cup pour la deuxième fois de sa carrière.



25 ans après, Toulouse signe un nouveau doublé. Un mois après la Champions Cup à Twickenham, les joueurs d'Ugo Mola ont une nouvelle fois pris le meilleur sur une équipe de La Rochelle qui, sur la pelouse du Stade de France, a semblé dépassé par l'événement. De plus, pendant 80 minutes, les Toulousains se sont mis dans un « mode finale » qui les a poussé à prendre les points dès qu'ils se sont présentés. Ceci s'est matérialisé dès la 3eme minute sur la ligne médiane. Après une position de hors-jeu rochelaise, Thomas Ramos a justifié la confiance de son entraîneur au moment de remplacer Romain Ntamack, forfait sur cette finale après le choc subi samedi dernier lors de la demi-finale face à Bordeaux-Bègles. De 50 mètres, le buteur international n'a pas manqué la cible. Ihaia West a eu l'occasion de répondre à 24 mètres sur la gauche des perches après une faute toulousaine au sol. Mais, comme lors de la finale de la Champions Cup, le buteur rochelais a failli et ça ne sera pas la seule fois dans cette finale. Le pragmatisme toulousain s'est également manifesté par quelque chose que les protégés d'Ugo Mola n'ont jamais tenté cette saison : le drop ! Avant la 10eme minute, au sortir d'une touche dans les 22 mètres rochelais, Antoine Dupont a mis dans un fauteuil Thomas Ramos pour envoyer une nouvelle fois le ballon entre les perches. En plus d'un début de match compliqué, le Stade Rochelais a vécu un véritable coup dur avec la sortie sur blessure de Brice Dulin.

Kolbe n'a décidément peur de rien

Victime d'une fracture à la main gauche, l'arrière international a dû céder sa place à Jules Favre, ce qui occasion le glissement de Dillyn Leyds à l'arrière. Totalement inhibés, les joueurs de Jono Gibbes et Ronan O'Gara n'ont jamais su mettre en difficulté leurs adversaires durant un premier acte à sens unique avec le score qui n'a cessé de se corser. A six minutes de la pause, sur un ballon porté, la défense rochelaise n'a pas su répondre autrement qu'en faisant faute. Thomas Ramos, à 24 mètres sur la droite, n'a pas manqué la cible mais ce n'était rien à côté du coup d'éclat de Cheslin Kolbe. Juste avant la sirène, des 50 mètres, le génie sud-africain s'est dit que tenter le drop n'était pas une gageure. Devant un public rochelais médusé, le ballon est une nouvelle fois passé entre les poteaux, offrant un avantage mérité de douze points au retour aux vestiaires. Au micro de Canal+, Geoffrey Doumayrou a confié craindre une soufflante de la part de Jono Gibbes. Si elle a eu lieu, elle a provoqué un changement d'attitude côté rochelais. Alors que la pluie s'est invitée sur le Stade de France, les Rochelais ont enfin su mettre à la faute les Toulousains et Rory Arnold. Ihaia West, cette fois, n'a pas laissé passer l'occasion de débloquer le compteur du club charentais. Sept minutes après le repos, Ugo Mola a lancé Jerome Kaino pour le dernier match de sa glorieuse carrière. Toutefois, un premier frisson est passé chez les supporters toulousains à l'heure de jeu.


La Rochelle a réagi trop tard

Inspiré, Ihaia West a tenté de servir Jules Favre d'une transversale au pied. Ce dernier a pris le ballon face à Matthis Lebel mais, avant de glisser vers l'en-but, l'ailier rochelais a commis un en-avant. L'arbitre revenant à une faute, le buteur néo-zélandais a eu l'occasion de ramener son équipe à six points... mais son pied a une nouvelle fois tremblé. Comme une rengaine dans cette finale, à un échec rochelais a succédé une réussite toulousaine. A un quart d'heure du terme du match, sur un ballon pourtant gagné par ses coéquipiers, Ihaia West s'est isolé au sol et, face à la pression d'Antoine Dupont, a gardé le ballon au sol. La pénalité dans les 22 mètres a offert trois points faciles à Thomas Ramos. Elu homme du match de cette finale, le buteur toulousain a tué tout suspense à sept minutes de la sirène après une faute rochelaise sur un ballon porté. Alors que tout était perdu, les Rochelais se sont comme rebellés et, pour une rare fois dans cette finale à sens unique, les Toulousains ont été piégés. A trois minutes du terme de la rencontre, sur un ballon porté, le pack rochelais a envoyé Dany Priso pour aplatir le seul essai de la rencontre. Le résultat étant acté, les joueurs d'Ugo Mola ont joué jusqu'au bout comme le talonneur Peato Mauvaka qui a joué au pied et mis en difficulté Arthur Retière qui a concédé une touche à cinq mètres juste avant la sirène. Une dernière action improductive qui a mis un terme à cette finale, qui offre au Stade Toulousain son 21eme Bouclier de Brennus et le troisième doublé Top 13-Champions Cup de l'histoire après Toulouse en 1996 et Toulon en 2014. Pour La Rochelle, s'il pouvait y avoir des regrets après la finale de la Champions Cup, la différence entre les deux équipes était trop importante sur ces 80 minutes. Comme un symbole, les désormais retraités Jerome Kaino et Yoann Huget ont soulevé le Bouclier de Brennus et ont conclu comme il se doit une saison tout bonnement exceptionnelle.

TOP 14 / PHASE FINALE
Finale - Vendredi 25 juin 2021 (au Stade de France)
Toulouse (1) - La Rochelle (2) : 18-8

Demi-finales (au Stade Pierre-Mauroy de Villeneuve d'Ascq)
Vendredi 18 juin 2021
La Rochelle (2) - Racing 92 (4) : 19-6

Samedi 19 juin 2021
Toulouse (1) - Bordeaux-Bègles (4) : 24-21

Barrages
Vendredi 11 juin 2021
Racing 92 (3) - Stade Français Paris (6) : 38-21

Samedi 12 juin 2021
Bordeaux-Bègles (4) - Clermont (5) : 25-16

Vos réactions doivent respecter nos CGU.