Autumn Nations Cup - Fidji/Cotter : " C'était une embuscade ! "

Autumn Nations Cup - Fidji/Cotter : " C'était une embuscade ! "©Media365

Aurélie SACCHELLI, publié le vendredi 04 décembre 2020 à 10h19

Avant d'affronter la Géorgie en match de classement de l'Autumn Nations Cup, le sélectionneur des Fidji Vern Cotter est revenu dans L'Equipe sur l'incroyable vague de contaminations au coronavirus qui a touché son équipe.

Forfait pour les trois matchs de poules de l'Autumn Nations Cup (contre la France, l'Italie et l'Ecosse), les Fidji vont enfin débuter (et terminer) leur compétition samedi, par un match de classement contre la Géorgie, à Murrayfield, pour ne pas terminer derniers de la compétition. Mais dans quel état physique seront les joueurs du Pacifique, qui n'ont pas joué depuis un mois, et ont été pour la grande majorité touchés par le coronavirus, ce qui les a contraints de rester dans leur chambre pendant dix jours ? Dans les colonnes de L'Equipe, ce vendredi, le sélectionneur des Fidji Vern Cotter, lui-même touché par le virus en février, est revenu sur cette contamination de masse. Il met notamment en cause l'hôtel où ils étaient logés à Limoges, puis le bus qui les a transportés de Limoges à St-Etienne, où se déroulait le stage de préparation.

Cotter : "Tout le monde a été touché, sauf le vieux doc"

« C'était une embuscade ! On s'est réunis à Limoges fin octobre, en trois temps. On aurait dû avoir des chambres individuelles, mais finalement elles étaient partagées par deux joueurs et on partageait le resto avec les clients. Heureusement, si on peut dire, le reconfinement nous a aidés et on a réglé ça avec l'hôtel. Mais ensuite, on a dû laisser repartir des joueurs jouer avec leurs clubs de Top 14 pour la journée du 31 octobre. Donc il y avait trop de va et-vient dans notre bulle... Surtout, le dimanche avant notre match contre la France, on a dû se déplacer en car de Limoges à Saint-Étienne. Trois jours avant ce trajet, on avait tous été testés négatifs. Ce n'est pas leur comportement des joueurs qui a causé le foyer, c'est le trajet en car. Un car, c'est le pire endroit, jamais aéré, jamais vraiment nettoyé. Deux jours après, un premier cas réapparaissait. Le jeudi avant le match contre la France, c'était cinq cas. Là, on a compris que le virus circulait... Ça nous a filé un coup, incroyable... Tout le monde a été touché, sauf le vieux doc' (rires). Finalement, on ne nous a pas donné les mêmes chances qu'à tout le monde. En examinant tout ce qui s'est passé, on est arrivés à la conclusion qu'on aurait dû se réunir trois semaines avant le premier match dans une bulle sans jamais en sortir. » Il ne reste donc plus qu'à battre la Géorgie (12eme au classement World Rugby, alors que les Fidji sont 11emes) samedi, pour ne pas transformer la présence des Fidji à l'Autumn Nations Cup en fiasco total.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.