Natation : Le Tribunal fédéral suisse annule la suspension de Sun Yang

Natation : Le Tribunal fédéral suisse annule la suspension de Sun Yang©Media365
A lire aussi

Guillaume MARION, Media365, publié le jeudi 24 décembre 2020 à 13h15

Suspendu pour huit ans par le Tribunal arbitral du sport en février dernier, le nageur chinois Sun Yang a vu ce jeudi le Tribunal fédéral suisse annuler cette sanction et repassera donc devant le TAS.

Petite victoire pour Sun Yang. Suspendu pour huit ans depuis le 28 février dernier par le Tribunal arbitral du sport, le nageur chinois va finalement être rejugé par ce dernier, suite à la décision, rendue publique par un communiqué, de la plus haute instance juridique de Suisse. En effet, ce jeudi, le Tribunal fédéral du pays a annoncé l'annulation de la suspension triple champion olympique et 11 fois champion du monde de natation. Une décision qui s'explique « pour cause de partialité d'un arbitre du TAS. La décision du TAS est annulée. Le TAS devra statuer à nouveau sur le cas de Sun Yang dans une composition différente », peut-on notamment lire. L'affaire va donc reconnaitre un nouveau rebondissement à cause de Franco Frattini, le président italien du panel de juges, jugé coupable de tweets racistes antichinois, remontés par les avocats de Sun Yang.

Sun Yang peut rêver de Tokyo ?

« La décision du Tribunal fédéral suisse découle d'une contestation à l'égard du président du panel du TAS et n'inclut aucun commentaire sur le fond de l'affaire. Devant le TAS, la position de l'AMA a clairement prévalu sur le fond de l'affaire », a depuis réagi l'Agence mondiale antidopage (AMA), qui a également annoncé se tenir « prête à présenter à nouveau son cas de manière robuste devant un panel du TAS différent en temps voulu. » Pour rappel, Sun Yang est mêlée à une possible affaire de dopage, car un membre de son entourage a détruit un échantillon de son sang à coups de marteau, lors d'un contrôle inopiné en septembre 2018. Une affaire qui avait fait grand bruit, alors que ce dernier a toujours nié s'être dopé et avait alors écopé de la peine maximale (8 ans). Reste à voir comment celle-ci va évoluer et si le natif d'Hangzhou pourra finalement participer aux Jeux Olympiques 2020 de Tokyo, qui se dérouleront normalement durant l'été 2021.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.