Bleues : Jacquet, un pionnier du football féminin en France

A lire aussi

Thomas Siniecki, Media365 : publié le vendredi 07 juin 2024 à 19h39

L'équipe de France féminine, et la discipline dans son ensemble, doivent beaucoup au sélectionneur légendaire de 1998.

Mardi, en marge du match entre la France et l'Angleterre à Saint-Etienne (1-2, éliminatoires de l'Euro 2025), un hommage a été rendu aux Bleues de 2002 qui ont obtenu la première qualification de l'histoire du football tricolore pour une Coupe du monde, déjà contre les Anglaises. Vrai clin d'oeil, c'était également à Geoffroy-Guichard et la victoire 1-0 en barrages retour venait valider le même succès 1-0 à l'aller, de l'autre côté de la Manche. Aimé Jacquet était au commentaire de ce match sur Canal+, au côté du regretté Thierry Gilardi.

"Pour nous, Diacre est éternelle"

Le sélectionneur champion du monde 98 avec les messieurs, devenu alors DTN (directeur technique national), en a gardé un "souvenir extraordinaire" : "On avait convaincu Canal+, à l'époque les Anglaises étaient un peu au-dessus de nous, mais il y avait de l'euphorie. Ce match était de la folie, c'était une récompense pour cette génération. On avait maîtrisé avec beaucoup de conviction, de réalisme et même d'audace, parfois. Et puis il y a ce but de Corinne Diacre, elle est éternelle pour nous. Je me souviens de cette détermination, Elisabeth Loisel avait tellement travaillé pour ça..."

Même s'il se défend d'avoir joué le rôle le plus majeur, Aimé Jacquet (82 ans) est unanimement reconnu comme un précurseur de l'explosion du football féminin en France : "On n'a pas manqué le début de l'histoire, mais on le doit aux joueuses. La manière dont elles ont pris l'ascendant dans ce travail et dans cette relation, je trouve que c'est respectueux." Heureux de l'arrivée sur le banc de Hervé Renard, qu'il a aussi rencontré avant le match de mardi, le premier coach champion du monde du football français se dit "admiratif" des Bleues de 2024 : "En Angleterre, pour notre victoire 2-1 la semaine dernière, on a accepté le combat. Je crois que le pas est franchi. Rien n'est acquis dans le football, c'est un éternel recommencement, mais ça laisse augurer de beaux jours. Je suis très optimiste, il y a un vivier derrière et du talent chez les jeunes, j'ai échangé avec Peggy Provost qui travaille dans la formation après avoir été coach championne d'Europe U17 en 2023. Nos filles seront récompensées."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.