Al-Ittihad : Le frère de Benzema accuse son coach Gallardo de "crime"

Thomas Siniecki, Media365 : publié le vendredi 12 avril 2024 à 11h08

Ce jugement tactique est assurément excessif, à n'en pas douter, concernant le match d'Al-Ittihad jeudi soir.

La situation reste extrêmement tendue pour Karim Benzema à Al-Ittihad. S'il n'a pas reçu de coups de fouet de la part d'un supporter à la fin de la rencontre, contrairement à son coéquipier d'attaque Abderrazak Hamdallah, le Ballon d'Or 2022 n'a pas marqué jeudi lors de la finale de Supercoupe d'Arabie saoudite, perdue largement face à Al Hilal (4-1). Buteur en demies lundi, il a cette fois été aligné sur le côté gauche par son coach Marcelo Gallardo, ce qui ne l'a sans doute pas aidé.

"Le football doit être respecté"

Son frère Gressy n'a pas manqué de le souligner sur les réseaux sociaux, par le biais d'une publication qui a ensuite été effacée (mais bien évidemment capturée par les internautes) : "C'est un crime, ça n'a pas de sens ! Le football doit être respecté." En réalité, difficile d'être aussi catégorique, puisque c'est à peu près le même 4-4-2 que celui de lundi qui semble avoir été utilisé par l'entraîneur argentin.

Lequel semble donc continuer, néanmoins, de cultiver une relation assez conflictuelle et autoritaire par rapport à sa vedette, qui n'a tiré que deux fois au but lors de cette finale (un seul tir cadré) mais pour deux vraies occasions manquées. Karim Benzema n'a touché que 47 ballons et en a perdu douze, sans délivrer la moindre passe clé. Bref, une soirée de plus à oublier pour l'ancien international français, qui pourra peut-être se remettre enfin dans de meilleures dispositions psychologiques s'il parvient à se libérer pour Paris 2024 dans à peine plus de trois mois - il serait alors dirigé par Thierry Henry, son ancien coéquipier en bleu.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.