Bahrain Victorious : Le manager général répond vivement aux accusations de dopage

Bahrain Victorious : Le manager général répond vivement aux accusations de dopage©Panoramic, Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, Media365 : publié le lundi 07 juin 2021 à 17h25

Alors que les coureurs de l'équipe Bahrain Victorious ont brillé sur les routes du Giro et du Critérium du Dauphiné, certaines voix se sont fait entendre avec des insinuations liées au dopage au sein de la formation bahreïnie. Ce à quoi Milan Erzen, son manager général, a répondu avec véhémence.



Gino Mäder et Damiano Caruso sur le Giro, Sonny Colbrelli et Mark Padun sur le Critérium du Dauphiné, l'équipe Bahrain Victorious a le vent en poupe ces dernières semaines. Mais cette réussite ne fait pas plaisir à tout le monde. Dans ses colonnes ce dimanche, le quotidien Le Parisien a relayé les propos d'un directeur d'équipe ayant souhaité rester anonyme, qui a qualifié les deux succès du coureur ukrainien à La Plagne puis aux Gets de « honte absolue ». « Comment vais-je aller démarcher des sponsors en leur disant qu'il n'y a plus de dopage quand on voit cela ? C'est grossier, a-t-il ajouté. L'équipe Bahrain est de plus en plus sulfureuse. » Sur le même ton, une personne appartenant à une équipe française a critiqué le fait que Mark Padun n'ait pas eu « la décence de se planquer un peu » dans la dernière étape du Critérium du Dauphiné. « Il y a un sentiment d'impunité qui rappelle les sales années 2000, a fulminé ce dernier. Mais, évidemment, tant que tu n'as pas de preuves, tu te tais... »

Erzen : « Certain à 110% que nous respectons les règles. »

A la suite de ces allégations, le site anglophone Cyclingnews a pris contact avec le manager général de l'équipe Bahrain Victorious Milan Erzen. Ce dernier, qui a été mis sous surveillance par l'UCI en raison de ses liens supposés avec l'affaire Aderlass, a assuré qu'il se « fiche de ce qu'un autre directeur sportif peut avoir à dire » et confirme avoir « investi dans cette équipe, dans nos coureurs, nos entraîneurs, nos camps d'entraînement et notre nutrition ». « Tôt ou tard, les résultats doivent arriver », ajoute Milan Erzen. Le patron de l'équipe Bahrain Victorious met en avant le fait que sa formation suit « le travail mis en place l'a passé par Rod Ellingworth », qui a depuis retrouvé l'équipe Ineos Grenadiers. « Il nous a beaucoup appris et je suis certain à 110% que nous respectons les règles. Nous avons les mêmes contrôles antidopages que les autres équipes, peut-être même plus, qui sait, argumente le directeur sportif de la formation bahreïnie. Et si quelqu'un vient nous voir afin de procéder à un contrôle antidopage, nous sommes toujours ouverts à ce sujet. » Des propos qui ne devraient pas calmer le début de polémique au sein du peloton professionnel.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.