Euroligue (J2) : L'ASVEL balayée à domicile

Euroligue (J2) : L'ASVEL balayée à domicile©Panoramic, Media365
A lire aussi

Aurélien Canot, Media365, publié le jeudi 12 octobre 2023 à 22h17

Sept jours après s'être fait corriger par l'Etoile Rouge lors de la 1ere journée, l'ASVEL a reçu une nouvelle fessée, jeudi soir cette fois à domicile face au Partizan, l'autre équipe de Belgrade. Déjà très inquiétant avant d'affronter les deux équipes d'Istanbul la semaine prochaine.



L'ASVEL avait terminé le dernier exercice à la dernière place. Après deux journées, les Villeurbannais sont déjà derniers et toujours au point mort. Une semaine après avoir bu la tasse face à l'Etoile Rouge de Belgrade (94-73) pour sa première sortie cette saison en Euroligue, les joueurs de T.J Parker se sont de nouveau fait écraser (88-62), face au Partizan, l'autre équipe de Belgrade. Et cette fois, c'est sur son parquet que l'ASVEL a subi cette humiliation. Le tout à quelques jours d'une semaine de tous les dangers pour les anciens champions de France qui se déplaceront à Istanbul où les attendent deux énormes tests, contre l'Anadolu Efes puis Fenerbahçe. C'est dire comme l'Euroligue démarre de la pire des façons pour les protégés de Tony Parker. Après un début de saison catastrophique, ces derniers avaient pourtant su relever la tête, le week-end dernier en l'emportant nettement contre Nancy dans le Rhône. Un réveil qui appelait un premier succès en Euroligue, ce jeudi contre ce Partizan qui n'avait laissé aucune chance à Nando de Colo et ses coéquipier en janvier dernier mais que l'ASVEL avait dominé un mois plus tôt.

L'ASVEL surclassée

Cette fois, non seulement, l'Astroballe n'a pas porté chance aux Villeurbannais face à l'ancien club de Mathias Lessort, mais les vice-champions de France se sont fait balayer par les Serbes, avec une gifle encore plus violente que celle de la semaine dernière et même d'il y a dix jours à Saint-Quentin (91-71). Porté notamment par son arrière américain James Nunnally (17 points, 6 passes, 5 rebonds), le Partizan a décramponné une première fois l'ASVEL dans le deuxième quart-temps (26-16). Il en a remis une couche ensuite dans la période suivante, elle aussi nettement dominée par les visiteurs (29-19). Déjà au bord de la rupture à la pause (43-29), l'ASVEL ne s'est pas remise de cette nouvelle accélération de l'équipe adverse. Et même les 16 points de Frank Jackson, meilleur marqueur villeurbannais de cette soirée une nouvelle fois cauchemardesque pour notre représentant, n'ont pas permis d'éviter cette nouvelle déroute. Et la liste s'allonge...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.