Jean Alesi renvoyé en correctionnelle

Jean Alesi renvoyé en correctionnelle©Media365

Paul Rouget, Media365 : publié le mercredi 22 décembre 2021 à 09h52

Sorti de garde à vue mardi, Jean Alesi sera jugé en 2023 pour dégradation après avoir fait exploser la fenêtre du cabinet d'architecte de son beau-frère, en cours de séparation avec sa sœur. L'ancien pilote évoque "une mauvaise blague".



Placé en garde à vue, avec son fils Giuliano, lundi à Avignon, Jean Alesi, qui s'était présenté de lui-même au commissariat de la sûreté départementale du Vaucluse, a été libéré mardi et renvoyé devant le tribunal correctionnel afin d'y être jugé en 2023 "pour dégradation du bien d'autrui par un moyen dangereux pour les personnes, fait commis dans le cadre d'un conflit familial", a déclaré Eric Maurel, le procureur de la République de Nîmes, rapporte l'AFP. Les faits se sont déroulés au soir du 18 décembre à Villeneuve-lès-Avignon, où réside l'ancien pilote de Formule 1. Jean Alesi a reconnu avoir coincé un "gros feu d'artifice acheté en Italie" dans l'encadrement d'une fenêtre du cabinet d'architecte de son beau-frère, en cours de séparation avec sa sœur, afin de lui faire "une mauvaise blague".

Le vice-procureur "sceptique quant à la notion d'une « blague »"

La police avait été alertée par le voisinage suite au bruit de l'explosion, qui a occasionné quelques dégâts. Un voisin a alors relevé le numéro de la plaque d'immatriculation du véhicule aperçu sur place, qui a quitté les lieux tous feux éteints. Les enquêteurs ont alors pu déterminer que la voiture appartenait à José Alesi, le frère de l'ex-pilote de 57 ans. Au commissariat, ce dernier a dédouané son frère, expliquant que c'était lui qui se trouvait dans la voiture en compagnie de son fils et d'un ami de celui-ci. Il a par ailleurs assuré ne pas être en litige avec son beau-frère, qui dit ne pas avoir de soucis avec Jean Alesi mais a tout de même déposé plainte. "Je suis assez sceptique quant à la notion d'une « blague » effectuée à 22 heures, sans que la personne visée sache de qui il s'agit, et tout le monde est entendu afin de vérifier s'il n'y a pas d'autre mobile", a précisé le vice-procureur nîmois Antoine Wolff. Poursuivi pour complicité, Giuliano Alesi (22 ans), également pilote et notamment passé par la Formule 2, sera jugé avec son père en 2023. Les deux hommes encourent jusqu'à dix ans d'emprisonnement et 150 000 euros d'amende.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.