F1 - Alpine : Gasly pourrait finalement bien débarquer

F1 - Alpine : Gasly pourrait finalement bien débarquer©Panoramic, Media365
A lire aussi

Marie Mahé, Media365, publié le samedi 17 septembre 2022 à 11h20

Selon les informations de L'Equipe, l'écurie de Formule 1 Alpine pourrait finalement bien faire du Français Pierre Gasly son prochain pilote.



Pierre Gasly continue de faire parler de lui dans la rubrique des transferts de Formule 1. En effet, le Français aurait finalement bel et bien trouvé son prochain point de chute. Et sa future écurie pourrait être Alpine, si l'on en croit les informations du quotidien sportif français L'Equipe. L'écurie normande devrait l'accueillir, alors que d'autres noms circulaient pourtant ces derniers jours, pour occuper l'une de ces monoplaces. Finalement, Colton Hertha a prolongé son contrat en faveur d'Andretti en IndyCar. De son côté, le Néerlandais Nyck de Vries, qui s'est mis particulièrement en valeur du côté de Monza, remplacera bien le pilote français de Red Bull, mais du côté d'Alpha Tauri, toujours selon L'Equipe. Des mouvements qui pourraient même ne pas tarder à se concrétiser pour Alpine, après l'affaire du contrat de l'Australien Oscar Piastri, qui a duré dans le temps et qui aurait dû permettre à Alpine d'être déjà prêt pour la saison 2023.

Herta et le problème de superlicence

Les premiers contacts avec Pierre Gasly, vainqueur de l'édition 2020 du Grand Prix d'Italie, remontent au tout début de l'été et le but étant évidemment de succéder à l'Espagnol Fernando Alonso, qui s'en ira à l'issue de la saison actuellement en cours pour prendre ensuite la direction de l'écurie de Formule 1 Aston Martin. Les discussions entre Alpine et Pierre Gasly ont été liées au tout jeune pilote américain Colton Hertha, aujourd'hui âgé de seulement 22 ans et qui compte déjà un total de sept victoires en IndyCar, le championnat américain de monoplaces. Ce dernier était le seul moyen pour le Tricolore de se désengager de la filière Red Bull. A ce sujet, Helmut Marko s'était même montré particulièrement ferme. Mais pour Herta, il fallait alors obtenir une superlicence, sinon il ne pouvait, tout simplement, pas conduire une Formule 1. Mais le principal intéressé n'avait, tout bonnement, pas le nombre de points suffisants pour cela.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.