Wimbledon (H) - Paire : " J'ai un dégoût du tennis "

Wimbledon (H) - Paire : " J'ai un dégoût du tennis "©panoramic, Media365

Marie Mahé, Media365 : publié le lundi 27 juin 2022 à 17h00

Ce lundi, Benoît Paire a été éliminé au premier tour de Wimbledon. En réaction, le Français a fait part de son dégoût de son sport.



Un petit tour et puis s'en va. Ce lundi, pour son entrée en lice à Wimbledon, le Français Benoît Paire, 73eme joueur mondial, a été sorti par son compatriote Quentin Halys, 82eme joueur mondial, en quatre manches (4-6, 6-1, 6-2, 6-4) et 1h59 de jeu. Une cinquième défaite consécutive pour le Tricolore, dont le dernier succès remonte au premier tour du tournoi ATP de Genève, le 16 mai dernier, contre le Finlandais Emil Ruusuvuori, 49eme joueur mondial, en trois sets (7-5, 5-7, 6-4) et 2h08 de jeu.

"J'ai un psy et un hypnotiseur"

Ce lundi, après sa défaite, Benoît Paire, présent en conférence de presse, a confié être suivi par un psy ainsi qu'un hypnotiseur, mais a également confirmé son mal-être, dans des propos rapportés par le site internet spécialisé Tennis Actu : "J'aimais le tennis avant. Les moments de tension, être sur un court, là ça me dégoûte. J'essaie d'aller mieux. J'ai eu une autonomie de 35 minutes dans le premier set, c'est bien pour la suite. J'ai un psy et un hypnotiseur pour essayer d'aller mieux. Sur le court, je prends encore moins de plaisir que dans la vie. Je vais encore voir ces personnes pour que ça revienne. J'ai toujours aimé le tennis donc pourquoi du jour au lendemain ça me fait si peur ? Je ne suis pas entraîné, je ne suis pas prêt mais je vais faire de mon mieux pour aller mieux le plus vite possible. Si ce n'est pas cette année, ce sera l'année prochaine !"

"Depuis Roland-Garros, j'ai dû passer 3h30 sur un court"

Pour ce qui est de son mal-être, les mots sont forts pour celui qui pourrait bien arrêter en 2023 : "Sur le court, j'ai un dégoût du tennis. Depuis Roland-Garros, j'ai dû passer 3h30 sur un court. C'est pas beaucoup pour préparer un Grand Chelem. Dès que je mettais les pieds sur un court, j'avais envie de fuir. Ça ne servait à rien. J'ai préféré profiter un peu de mes amis, de ma famille, me poser pas mal de questions... C'est pour ça que je me suis entouré, pour comprendre pourquoi le tennis est le sport que j'aime le plus au monde et en ce moment, celui que je déteste le plus. C'est trouver des solutions à ces problèmes-là. Même si ce n'est pas pour tout de suite, ce sera l'année prochaine, et si c'est pas l'année prochaine, j'arrêterai... (sourire). Il y a des choses plus intéressantes à faire à côté, tout sera positif."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.