Djokovic, l'étonnante révélation

Djokovic, l'étonnante révélation©Media365
A lire aussi

Paul Rouget, Media365 : publié le vendredi 21 janvier 2022 à 10h11

Devenu un symbole des antivax, Novak Djokovic, non-vacciné contre le Covid-19 et qui n'a donc pu participer à l'Open d'Australie, a investi dans une société qui développe un traitement contre le virus, mais qui intrigue les spécialistes.



Novak Djokovic a beau avoir quitté l'Australie avec perte et fracas dimanche dernier après s'être vu annuler son visa pour la deuxième fois, le numéro un mondial, qui visait un 21e sacre du Grand Chelem record à Melbourne, fait toujours parler de lui. Et pas forcément en bien... Et si la Fédération australienne, par la voix de son président Craig Tiley, a démenti jeudi avoir pris en charge les frais de justice du Serbe, une autre polémique est en train de naître. Car celui qui est devenu un symbole des antivax, et refuse toujours de se faire vacciner contre le Covid-19, est le cofondateur et l'actionnaire majoritaire de QuantBioRes, une biotech danoise qui développe un traitement contre le virus.

"Il est l'un des fondateurs de ma compagnie, créée en juin 2020, a confirmé à l'AFP Ivan Loncarevic, le directeur de la société. Notre objectif est de développer une nouvelle technologie pour combattre les virus et les bactéries résistantes et nous avons décidé d'utiliser le Covid comme vitrine. Si on réussit avec le Covid-19​, on y arrivera avec tous les autres virus." Sauf que cette entreprise, qui prévoit de lancer des essais cliniques en Grande-Bretagne cet été et dont Djokovic détient 80% avec sa femme Jelena, ne manque pas d'intriguer les spécialistes.

Comme Elon Musk et Galilée...

Interrogé par The Guardian, Darren Saunders, docteur biomédical australien, déclare ainsi que les méthodes de l'entreprise danoise semblent plutôt se rapprocher de l'homéopathie, ajoutant qu'il était "exagéré" pour QuantBioRes de se définir comme une société de biotechnologie : "Et la technologie « innovante » qu'ils décrivent sur leur site ne reflète pas la compréhension contemporaine du fonctionnement de la biochimie. Si des athlètes ou d'autres investisseurs potentiels souhaitent obtenir des conseils pour ne pas gaspiller leur argent dans ce domaine, mes tarifs sont raisonnables."

Pour le professeur Peter Collignon, médecin spécialiste des maladies infectieuses et expert en résistance aux antimicrobiens, le site de la société utilise des "termes fantaisistes" sans jamais fournir la moindre preuve du succès de ses méthodes. Loncarevic s'en en ensuite défendu, assurant que les techniques de QuantBioRes n'avaient rien à avoir avec l'homéopathie. Mais pourquoi sont-ils critiqués ? "Parce qu'on innove", répond-il, expliquant qu'Elon Musk et Galilée avaient aussi été la cible de critiques, rien que ça... Retourné à Belgrade, Novak Djokovic n'a lui pas souhaité s'exprimer sur le sujet.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.