Amélie Mauresmo digère mal le forfait d'Alizé Cornet

Amélie Mauresmo digère mal le forfait d'Alizé Cornet©Reuters
A lire aussi

6Medias, publié le samedi 06 février 2016 à 12h17

La capitaine de l'équipe de France féminine de tennis est revenue sur le refus de la n°2 française de prendre part au premier tour de la Fed Cup.

Pour sa confrontation avec l'Italie en quarts de finale de la Fed Cup 2016 ce week-end (6-7 février) à Marseille, l'équipe de France menée par Amélie Mauresmo devra composer sans Alizé Cornet, 26 ans. La 36e joueuse mondiale, n°2 française derrière Kristina Mladenovic (30e mondiale), a refusé de réintégrer le groupe tricolore, dans lequel elle ne se sent pas toujours à son aise.

Une décision que la capitaine des Bleues encaisse difficilement.

"Évidemment que je le regrette. C'est une décision qu'elle a prise par rapport à son vécu dans cette équipe de France et dans cette compétition qui a toujours été un petit peu délicate pour elle", a confié Amélie Mauresmo à RTL ce samedi 6 février. "La capitaine que je suis ne peut pas l'accepter parce que j'ai besoin d'avoir les meilleures joueuses avec moi. On n'a pas un réservoir énorme de joueuses en ce moment. J'espère que ce n'est qu'un joker et que ça ne se reproduira plus", a ajouté la jeune maman.

"Je ne vais pas lui mettre le couteau sous la gorge"

Fin janvier, celle qui coache aussi Andy Murray a bien tenté de convaincre la Niçoise. En vain. "J'avais des arguments plus forts que les siens, mais le fait est qu'elle est restée sur sa position. Pour moi, c'est une déception. [...] Alizé ne m'a pas convaincue. En revanche, je peux comprendre ce qu'elle me dit. Je suis sa capitaine depuis quelques années maintenant, j'ai été à ses côtés en tant que joueuse. Je peux donc voir ses difficultés", déclarait alors Amélie Mauresmo.

Alizé Cornet, récemment titrée à Hobart en Australie (le cinquième tournoi remporté dans sa carrière, le premier depuis 2014), ne ferme néanmoins pas la porte aux Bleues. Sa capitaine non plus : "Avec les joueuses, je suis vraiment dans le dialogue, la communication. Donc je ne vais pas lui mettre le couteau sous la gorge pour qu'elle vienne en équipe de France, ce n'est vraiment pas le but. Ce serait à mon avis contre-productif en plus"

Vos réactions doivent respecter nos CGU.