Vendée Globe : Tigrou26120, le vainqueur de Virtual Regatta, a "touché le Graal"

Vendée Globe : Tigrou26120, le vainqueur de Virtual Regatta, a "touché le Graal"©Media365
A lire aussi

Thomas Siniecki, Media365 : publié le lundi 18 janvier 2021 à 21h44

Si vous êtes participant à Virtual Regatta, sur le Vendée Globe virtuel, il est plus que probable que vous soyez encore en course, peut-être encore très loin dans l'hémisphère sud... En attendant l'arrivée, prenez conseil auprès du héros.



Jean-Claude Goudon, 65 ans et installé dans la Drôme, est le grand gagnant du Vendée Globe sur Virtual Regatta, ce jeu qui rassemble plus d'un million de participants sur une course virtuelle. Surnommé Tigrou26120, il s'est imposé samedi en 68 jours, 22 heures, seize minutes et quatre secondes, avec une minute et 30 secondes d'avance sur son dauphin. "Le troisième avait un meilleur angle par rapport au vent, il revenait régulièrement sur moi, explique l'heureux vainqueur à RMC Sport. Je ne pouvais rien faire d'autre à part aller tout droit. Vous n'espérez qu'une chose à ce moment, qu'il vous reste suffisamment d'avance pour être premier."

"J'ai tourné vers le nord un peu plus tôt"

A chaque mise à jour des vents (qui suivent les conditions réelles), c'est-à-dire toutes les six heures, il révèle avoir consacré à chaque fois deux heures de temps : "Il y a certaines périodes où j'ai passé beaucoup de temps à développer mon logiciel. Il y a des bugs qui sortent au fur et à mesure de la course. Et il faut les corriger. Et là, le stress monte."


Le lauréat, ancien ingénieur dans la navigation, a reçu "au moins 500 messages" samedi, dans les heures suivant sa victoire. Il considère avoir "touché le Graal". Pour lui, tout s'est joué "dans la remontée de l'Atlantique" : "Au niveau de l'équateur, j'étais entre la 50eme et la 100eme place. Je me suis dit que mon objectif était de gagner, qu'il fallait faire quelque chose. Je suis parti à l'ouest. J'ai quitté le groupe. Une trentaine de joueurs ont fait comme moi. Il s'est avéré que c'était la bonne stratégie. Ça nous a permis de remonter dans les dix premiers. La seconde option, c'était à trois, quatre jours de l'arrivée. J'ai tourné vers le nord un peu plus tôt que les autres. J'étais devant le groupe, et ensuite on est irrattrapable."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.