Patinage artistique : Papadakis et Cizeron ne feront que les Mondiaux

Patinage artistique : Papadakis et Cizeron ne feront que les Mondiaux©Media365

Aurélie SACCHELLI, publié le jeudi 12 novembre 2020 à 09h55

Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron ont annoncé mercredi qu'ils participeraient seulement aux championnats du monde cette saison, en raison de la crise sanitaire.


Depuis leur deuxième place aux championnats d'Europe de Graz fin janvier, Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron n'ont plus eu la chance de patiner en compétition. Les championnats du monde de Montréal (où ils s'entraînent) et d'autres compétitions de moindre envergure ont été annulés en raison de la pandémie de coronavirus, et les danseurs sur glace ont d'ailleurs dû prendre une décision radicale pour la saison qui vient : ils participeront seulement aux championnats du monde de Stockholm en mars 2021, et pas aux championnats d'Europe de Zagreb en janvier. « Guillaume possède un visa de travail au Canada, pas moi. Si je rentre en France, ou si je vais aux championnats d'Europe en janvier à Zagreb, par exemple, je ne suis pas certaine de pourvoir rentrer au Canada. On en a parlé ensemble, Guillaume et moi. Je n'ai pas le statut pour voyager comme je veux. J'ai donc décidé de rester ici (à Montréal, ndlr), a expliqué Gabriella Papadakis dans une interview à L'Equipe, l'AFP et France Télévisions. « Cette deuxième vague, on s'y attendait mais ça fiche quand même un sacré coup au moral. On se prend le mur, c'est épuisant. Voilà pourquoi on a changé notre stratégie. On arrête de préparer des trucs qui n'auront pas lieu. On essaie de se donner des certitudes à long terme. On ne sait pas encore si on présentera les deux programmes que l'on a préparés cet été, ou si l'on reprendra ceux de l'an dernier », a raconté de son côté Guillaume Cizeron.

Cizeron : "C'est très compliqué quand on s'entraine pour rien"

Les deux patineurs français, champions du monde 2015, 2016, 2018 et 2018, et vice-champions olympiques en 2018, ont attrapé le coronavirus au mois de juillet, et ont été « bien malades ». Même s'ils sont guéris, ils reconnaissent que cette période est difficile à gérer mentalement. « C'est très compliqué quand on s'entraine pour rien... Notre moral fait les montagnes russes, on a des phases de désespoir complet », se désole le patineur. « Une fois que l'on aura passé tout ça, on sera plus heureux, j'en suis certaine », prédit de son côté la patineuse. Rendez-vous donc en mars prochain pour les Mondiaux de Stockholm, où ils espèrent oublier cette triste année 2020 avec une cinquième couronne.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.