JO 2021 - Mori : "Si une femme parle, toutes les autres pensent qu'elles doivent le faire aussi"

JO 2021 - Mori : "Si une femme parle, toutes les autres pensent qu'elles doivent le faire aussi"©Media365
A lire aussi

Thomas Siniecki, Media365 : publié le mercredi 03 février 2021 à 15h59

L'organisation des JO de Tokyo est pilotée par Yoshiro Mori, vieil homme de 83 ans qui vient de manquer une occasion de se taire. Des propos sexistes comme ceux du Premier Ministre sont monnaie assez courante au Japon.



Yoshiro Mori, l'ancien Premier Ministre du Japon désormais président du comité d'organisation des Jeux Olympiques de Tokyo, savait pertinemment que sa dernière réunion avec d'autres responsables du Comité olympique japonais était ouverte aux journalistes. Ce qui ne l'a pas empêché de se moquer des femmes de manière totalement éhontée : "Les conseils d'administration avec beaucoup de femmes prennent beaucoup de temps. Si vous y augmentez le nombre de femmes et que leur temps de parole n'est pas un tant soit peu limité, elles ont du mal à terminer et c'est embêtant. Les femmes ont l'esprit de compétition, donc s'il y en a une qui lève la main pour s'exprimer, toutes les autres pensent qu'elles doivent le faire aussi. Et elles finissent par le faire."

Mais le patron des JO 2021 est rassuré : "Nous avons sept femmes dans le comité d'organisation, toutefois elle savent rester à leur place." Elles apprécieront sans nul doute, tout autant que les rires gras qui ont joyeusement accompagné ces sorties. Si cette réunion a aussi été l'occasion de confirmer que les JO auraient lieu coûte que coûte, même à huis clos s'il le faut, la bonne humeur de ces messieurs a peut-être été un peu plus douchée par la mise en garde de l'Association médicale de Tokyo : il sera absolument impossible de détacher plus de 3 500 professionnels qui seraient mobilisés pour les JO, comme l'organisation le demande, au vu de la gravité de la pandémie de Covid qui sollicite évidemment toutes les forces vives. "Je ne vois pas comment on pourrait", indique ainsi le directeur Satoru Arai à Reuters.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.