PSG/Gonzalez : «Ce n'est pas fini»

A lire aussi

Aurélien Canot, Media365, publié le lundi 26 février 2024 à 12h14

Même si la nouvelle démonstration de force du PSG, dimanche sur le parquet de Montpellier, a permis aux Parisiens de faire un grand pas vers un nouveau titre de champion de France, côté parisien personne ne considère ce succès capital comme un gage d'un dixième sacre consécutif à l'issue de la saison, l'entraîneur Raul Gonzalez en premier lieu.

Pour beaucoup, avant l'heure, une nouvelle victoire du PSG face à son éternel rival Montpellier dimanche dans le classique de Liqui Moly Starligue aurait comme une forte odeur de nouveau sacre pour le monstre parisien qui n'a laissé échapper aucun des neuf derniers titres de champion de France en jeu. Alors, évidemment, au lendemain du 18eme succès cette saison en autant de matchs de ces si insatiables joueurs de la capitale, il ne fait plus aucun doute aux yeux de la grande majorité des spécialistes que Nikola Karabatic, pour son ultime saison sur les parquets, et ses coéquipiers soulèveront de nouveau le trophée en fin de saison. Une issue qui semble d'autant plus programmée que les Parisiens, portés par un Kamil Syprzak des grands soirs (le pivot polonais a marqué 13 buts en faisant mouche sur toutes ses tentatives du jour), ont de nouveau surclassé (31-26) des Montpelliérains certes décimés actuellement ("les entraînements se font en effectif réduit avec des jeunes joueurs, donc on a pas le sourire tous les jours non plus à l'entraînement", a noté Valentin Porte sur beIN Sports après la rencontre") mais qui n'ont pas démérité pour autant face aux nonuples champions en dépit d'un nouveau gros trou d'air offensif qui les a plombés.

Grébille : "Dans une très bonne situation pour la suite"

Pourtant, côté parisien, en dépit de cette nouvelle démonstration de force conjuguée à une supériorité sur toutes les équipes de Liqui Moly Starligue peut-être plus nette que jamais, on refuse encore pour le moment de sabrer le champagne. Dimanche, l'entraîneur parisien Raul Gonzalez ainsi que l'un de ses joueurs Mathieu Grébille ont ainsi assuré que ce onzième titre potentiel (et le dixième de suite) n'était pas encore dans la poche alors que Nantes, 2eme, compte six points de retard sur le PSG, qui a relégué Montpellier à neuf longueurs. "C'est une victoire très importante pour nous, mais ce n'est pas fini, il faut y aller petit à petit", estime Gonzalez, tandis que Grébille, lui aussi interrogé par nos confrères de L'Equipe, est certain, quant à lui, que "le Championnat est loin d'être fini". L'international français consent toutefois à dire que son équipe "en prenant deux points ici (à Montpellier) se retrouve "dans une très bonne situation pour la suite." Ils ne nous en voudront pas de penser qu'ils sont champions depuis dimanche. Au moins à 99,9%.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.