Toulouse encensé, Benfica critiqué

Paul Rouget, Media365 : publié le vendredi 23 février 2024 à 11h29

Si le Benfica Lisbonne a éliminé Toulouse en barrages de la Ligue Europa grâce à son match nul au Stadium jeudi soir (0-0), les Violets n'ont pas à rougir, alors que leurs adversaires sont sous le feu des critiques.

Il y avait tellement la place... Une semaine après leur cruelle défaite au Portugal, où ils s'étaient inclinés face au Benfica sur deux penaltys d'Angel Di Maria (1-2), les Toulousains ont bien failli s'imposer jeudi soir dans un Stadium bouillant. Mais les hommes de Carles Martinez Novell ont dû se contenter d'un match nul et vierge lors de ce barrage retour de la Ligue Europa (0-0), dont l'OM est le seul club français à avoir réussi à s'extraire. "On a bataillé, on a eu des occasions incroyables... En deuxième mi-temps, Benfica a eu peur. On a été meilleurs qu'eux. Malheureusement, on n'a pas pu mettre ce but qui les aurait fait encore plus reculer, a ensuite réagi le portier du TFC Guillaume Restes au micro de Canal+. On a fait un match quasi-parfait. Je suis fier de mon équipe, fier de mon club. On a tout donné, on a fait un parcours remarquable. Ce n'est que du bon pour la suite. C'est le meilleur match que j'ai vu en tant que gardien."

La "honte" pour Benfica

Les Haut-Garonnais, qui avait réussi à dominer Liverpool en phase de poules, peuvent donc quitter la compétition la tête haute, alors que leurs adversaires vont eux poursuivre la route, mais sont très critiqués après leur prestation minimaliste. Sur les réseaux sociaux, les supporters des Aigles ont la dent particulièrement dure, certains allant même jusqu'à parler de "honte" après cette performance très décevante. Dans son éditorial pour A Bola, le journaliste portugais Luis Mateus pointe du doigt l'entraîneur Roger Schmidt, qui a "contribué au désarroi de l'équipe". En conférence de presse, ce dernier a reconnu avoir vécu "un match difficile. En seconde mi-temps, Toulouse nous a mis sous pression. Nous avons eu besoin de beaucoup défendre et nous n'avons pas trouvé le bon moment pour lancer des contres. Mais dans ce type de match, c'est surtout le résultat qui compte, a expliqué le technicien allemand. Notre adversaire a pris beaucoup de risques et nous avons eu besoin de nous battre. Et je respecte beaucoup Toulouse parce qu'ils ont montré, surtout dans les matches européens, que c'était un adversaire difficile à jouer." Pas sûr que cela réconforte beaucoup les Toulousains...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.