PSG : Pochettino, pourquoi ça coince

PSG : Pochettino, pourquoi ça coince©Panoramic, Media365
A lire aussi

Paul Rouget, Media365 : publié le mardi 28 juin 2022 à 10h07

Alors que Christophe Galtier doit succéder à Mauricio Pochettino sur le banc du PSG, le départ de l'entraîneur argentin n'est pas encore acté. On vous explique pourquoi.



Cela ne fait quasiment plus aucun doute : Christophe Galtier, absent de la reprise de l'OGC Nice lundi et déjà remplacé par le revenant Lucien Favre, s'apprête à devenir le nouvel entraîneur du Paris Saint-Germain, succédant ainsi à Mauricio Pochettino. Mais ce dernier, à un an de la fin de son contrat, n'est pas encore parti. Les négociations pour une rupture à l'amiable se poursuivent avec le technicien argentin et son staff, composé de ses adjoints Miguel D'Agostino et Jesus Perez, de l'entraîneur des gardiens, Toni Jimenez, et du préparateur physique, qui n'est autre que son fils, Sebastiano Pochettino.

Des primes qui posent problème ?

Et si le montant total de leurs indemnités s'élèverait à 15 millions d'euros, Mauricio Pochettino et son équipe souhaiteraient aussi percevoir une partie des primes de résultats qu'ils auraient touchées s'ils avaient pu rester à Paris et honorer leur contrat, d'après L'Equipe. Ils estimeraient qu'il s'agirait d'un manque à gagner, vu les résultats récents du PSG dans les différentes compétitions. Mais le club de la capitale ne l'entendrait pas de cette oreille, et ne souhaiterait pas régler ces primes, dont le montant pourrait monter jusqu'à deux millions d'euros, estimant qu'elles ne résultent pas uniquement du travail du staff technique.

Leurs positions ne devraient toutefois pas tarder à se rapprocher, la reprise de l'entraînement des champions de France étant fixée à lundi prochain. Mais une fois le cas Pochettino réglé, tout devrait s'accélérer, et l'arrivée de Galtier rapidement officialisée. Car le Marseillais est déjà tombé d'accord avec le PSG, qui va par ailleurs devoir dédommager Nice, pour un peu moins de 10 millions d'euros affirme Le Parisien.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.