OM : Tudor, un tortionnaire repenti ?

OM : Tudor, un tortionnaire repenti ?©Panoramic, Media365
A lire aussi

Thomas Siniecki, Media365 : publié le lundi 04 juillet 2022 à 18h44

Les avis divergent concernant Igor Tudor. Ils demeurent toutefois assez cohérents quant à l'espoir d'une évolution de carrière chez l'entraîneur croate, à écouter Aurélien Chedjou puis Adrien Tameze qui a travaillé tout récemment avec lui.



Igor Tudor a dirigé le Galatasaray en 2017, sans grand succès. Après être arrivé en cours de saison, en février, il avait dû partir moins d'un an plus tard, au mois de décembre. Aurélien Chedjou se souvient d'un entraîneur particulièrement dur : "Avant même sa première séance, il nous a dit qu'il aimait bien Pep Guardiola, mais qu'il préférait Diego Simeone, qu'il voulait une équipe qui cravache et qui avale les kilomètres. Il nous a dit qu'on allait tellement souffrir qu'on ne verrait plus rien d'autre que le centre d'entraînement et notre lit. Et c'est ce qu'il s'est passé, on était rincés en rentrant chez nous." Il y a aussi les idées de jeu, sur lesquelles le néo-retraité camerounais n'est pas beaucoup plus positif : "On n'avait pas les joueurs pour le 3-5-2, mais il ne jurait que par ça."

Chedjou : "Il est assez intelligent pour avoir évolué"

Chedjou estime qu'Igor Tudor a eu le tort de vouloir seulement commander des joueurs de caractère, sans accepter le dialogue. "Mais je pense qu'il peut réussir à l'OM, parce qu'il a pris de l'expérience. Je suis certain que c'est une bonne personne, qu'il est assez intelligent pour avoir évolué." Adrien Tameze connaît ainsi la version plus récente de l'ancien international croate, qui l'a dirigé la saison dernière au Hellas Vérone : "Il a une énergie folle et sait la transmettre. Il a aussi cette volonté d'être toujours dans la progression, parce qu'il a beaucoup d'ambition. Il demande avant tout de ne pas avoir de regrets, de tout donner et de nous amuser, ça nous arrivait d'improviser."


Le milieu de terrain français confirme que sa méthode réclame beaucoup de travail mais qu'Igor Tudor est toujours dans la bonne humeur, ce qui n'empêche pas qu'il soit exigeant. Tout en ayant conscience aussi qu'il ne peut demander la même chose à tous, comme il le mentionnait à son groupe en prenant souvent Cristiano Ronaldo en exemple à la Juventus, le club où il a réalisé l'essentiel de sa carrière de joueur (de 1999 à 2007, avec une avant-dernière saison en prêt). Reste à voir à quel niveau le coach de 44 ans, révélé au Hajduk Split de 2013 à 2015, placera Dimitri Payet, Mattéo Guendouzi et leurs coéquipiers, entre eux mais aussi dans sa vision globale du football...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.