Le ministre de la Santé ne veut pas des jauges proportionnelles

Le ministre de la Santé ne veut pas des jauges proportionnelles©Panoramic, Media365
A lire aussi

Thomas Siniecki, Media365 : publié le dimanche 02 janvier 2022 à 23h32

Les matchs de football ou de rugby, dans les stades à ciel ouvert, ne devraient pas pouvoir bénéficier de plus de 5 000 supporters pour les trois semaines à venir, contrairement à ce qu'on a pu espérer ces derniers jours.



Pas certain, bien au contraire, que les stades puissent bénéficier d'une jauge proportionnelle selon leur capacité d'accueil, pour les trois semaines à venir. C'est ce que le ministre de la Santé, Olivier Véran, a annoncé en personne au JDD : "Je comprends l'intention : pourquoi imposer la même limitation à 5 000 personnes en extérieur aux stades de 50 000 places et aux stades plus petit ? Mais je rappelle que seuls les très grands lieux sont concernés par ce système de limitation. Si nous entrions dans une logique de jauge, nous devrions inclure, par cohérence, tous les établissements accueillant du public, même petits, qui ne sont pas concernés. Et bon courage pour compter les mètres carrés ! On entrerait vite dans une usine à gaz."

C'est donc au nom de la cohérence, de l'universalité et d'une forme de solidarité que le gouvernement devrait s'opposer au projet de loi qui sera débattu lundi à l'Assemblée, en vue de passer justement à un système proportionnel et non à une stricte limitation à 2 000 ou 5 000 personnes maximum (selon qu'il s'agisse d'une salle ou d'un stade en extérieur) comme il a été décidé en début de semaine. "Nous avons fait le choix de la simplicité et d'une décision applicable sans délai, pour une durée le plus courte possible, précise encore le ministre. Dès que les conditions sanitaires s'y prêteront, nous pourrons cependant revenir à des jauges proportionnelles comme nous l'avions déjà fait au printemps, en sortie de la troisième vague." Ce qui confirme donc l'idée que ces nouvelles restrictions iront au-delà du seul mois de janvier...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.