Julian Alaphilippe, les yeux rivés sur 2023

A lire aussi

Clément Pédron, Media365, publié le samedi 31 décembre 2022 à 19h00

Alors qu'il avait affiné son programme pour 2022, rien n'a souri à Julian Alaphilippe, victime de nombreux coups durs cette année. En 2023, le Français, délesté de sa tunique de champion du monde, veut juste retrouver le sourire.

Disons le clairement, Julian Alaphilippe a passé une année 2022 pourrie. Surtout au regard d'une année 2021 où il s'était offert un deuxième championnat du monde de suite, une troisième Flèche Wallonne et une journée en jaune lors du Tour de France 2021. En 2022, le Français avait pris de bonnes résolutions. Moins de courses au programme mais des objectifs plus affinés dans les grands événements. Résultat des courses, le compagnon de Marion Rousse n'a levé les bras que deux fois cette saison (2eme étape du Tour du Pays basque et 1ere étape du Tour de Wallonie), son plus faible total depuis 2017. Pour autant, on ne peut rien reprocher à Julian Alaphilippe tant les éléments se sont déchaînés sur lui tout au long de l'année. Le vent d'abord, responsable de la chute du coureur de Quick-Step Alpha Vinyl lors des Strade Bianche, son premier objectif de la saison. Dans l'impossibilité de participer à Milan - San Remo et au tour des Flandres en raison d'une bronchite, Julian Alaphilippe s'était offert un peu de baume au cœur en remporte la première étape du Tour du Pays basque, censé le préparer aux classiques ardennaises. Mais là encore, rien ne s'est passé comme prévu. Sur la Flèche Brabançonne, il est renversé par une voiture de sa propre équipe puis il est victime de la plus grave chute de sa carrière à Liège-Bastogne - Liège, la course la plus importante de son programme, où il subit un pneumothorax, des fractures à une omoplate et deux côtes cassées. Entre temps, le Français s'était classé quatrième de la Flèche Wallonne, une course qu'il a remportée à trois reprises (2018, 2919, 2021). Une place qualifiée de "soulagement" face à la pression ressentie en amont.

Perte du maillot arc-en-ciel

Julian Alaphilippe est de retour sur un vélo en juin pour les Championnats de France (remportés par Florian Sénéchal) mais sa condition physique n'est évidemment pas optimale et l'annonce de sa non-sélection pour le Tour de France n'est une surprise pour personne. À cette malheureuse occasion, il est devenu le premier champion du monde en titre à ne pas être sur la Grande Boucle depuis Paolo Bettini en 2008. Et comme lors de la première partie de saison, un bonheur n'arrive jamais seul. Mais il est toujours accompagné d'un malheur. Après avoir levé les bras au sommet du mur du Huy lors de la première étape du Tour de Wallonie, il est contraint à l'abandon le lendemain en raison d'un test positif au Covid-19. Frustré par ses mésaventures à répétition, le Français n'abdique pas pour autant et participe à la Vuelta en qualité de coéquipier de Remco Evenepoel. Mais encore une fois, il doit quitter la course, en raison d'une chute lors de la 11eme étape lui causant une luxation de l'épaule droite. La perte de son maillot arc-en-ciel, lors des Mondiaux en Australie, est à classer au rang de l'anecdote tant Julian Alaphilippe en aura vu des vertes et des pas mûres cette année. Mais qu'on se rassure, et sa présence au Tour de Lombardie (51eme) lors du dernier Monument de l'année en a attesté, le Français est revanchard et plein d'envie pour 2023.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.