Red Bull Racing : Une nouvelle collaboration n'est pas écartée par Renault

Red Bull Racing : Une nouvelle collaboration n'est pas écartée par Renault©Media365

Mathieu WARNIER, publié le dimanche 04 octobre 2020 à 10h05

Sans motorisation pour 2022 à la suite de l'annonce du départ de Honda, l'écurie Red Bull Racing pourrait être contrainte de se tourner vers Renault. Une perspective que n'écarte pas Cyril Abiteboul.

La nouvelle a fait l'effet d'une bombe, même si elle était attendue. A l'issue de la saison 2021 et de son engagement aux côtés des écuries Red Bull Racing et Scuderia AlphaTauri, le motoriste japonais Honda va quitter la Formule 1. Privées de groupe propulseur au terme de la saison prochaine, les deux écuries appartenant au groupe Red Bull ne devraient pas pouvoir compter sur un éventuel nouvel entrant pour 2022, ou lancer un programme pour mettre au point son propre moteur, le temps de développement d'un moteur hybride demandant plus de temps. Dans de telles circonstances, en vertu du règlement sportif de la F1, tant Red Bull Racing que la Scuderia AlphaTauri pourront saisir la FIA d'ici le 1er juin prochain afin de demander à cette dernière de contraindre le motoriste le moins présent sur la grille de départ à pallier la défection de Honda. Or, ironie de l'histoire, le motoriste qui serait concerné par une telle mesure n'est autre que... Renault.

Renault entend respecter le règlement

En effet, dès 2021, la marque au losange ne fournira de moteurs qu'à sa propre écurie, prochainement rebaptisée Alpine F1 Team. Interrogé par le magazine britannique Autosport, le patron de l'écurie française Cyril Abiteboul a assuré qu'aucune discussion sur le sujet n'ont encore démarré avec la formation basée à Milton Keynes et celle installée à Faenza. Toutefois, le cas échéant, Renault ne fuira pas ses engagements. « Étant dans la discipline, nous sommes bien au courant de la réglementation, et nous avons bien l'intention de la respecter et de nous conformer à nos obligations », assure le dirigeant français. Mais, avant d'être contrainte à renouer avec Red Bull Racing, Cyril Abiteboul ne veut pas trop s'avancer. « Il faut qu'on nous demande, et on ne nous a pas encore demandé, et ensuite il y a des circonstances très spécifiques, y compris le timing, pour que cela se fasse, rappelle ce dernier. Et nous sommes encore assez loin de cette fenêtre, qui n'est pas avant le printemps de l'année prochaine. Nous savons qu'en F1 beaucoup de choses peuvent se passer dans une période de temps très limitée, et le printemps 2021 est encore très loin. » Un retour du moteur Renault dans une Red Bull Racing serait assez savoureux après les dissensions entre les deux anciens partenaires.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.