Williams : " J'ai un peu de mal à marcher "

Williams : " J'ai un peu de mal à marcher "©Media365
A lire aussi

Thomas Siniecki, publié le mercredi 30 septembre 2020 à 13h03

Serena Williams, touchée au tendon d'Achille, laisse Tsvetana Pironkova avancer au troisième tour de Roland-Garros. L'Américaine, qui a donc déclaré forfait mercredi, ne s'alarme pas plus que ça pour la suite.



Serena, quand avez-vous su que vous ne joueriez pas ?
Après l'échauffement, c'était rapide. J'ai demandé à mon entraîneur ce qu'il pensait de tout ça... On a tous les deux réfléchi. On s'est rendu compte que ce n'était peut-être pas si bien que ça pour moi de jouer.

Quelle est la nature de cette blessure ? Vous avez souvent dit que Paris est l'une de vos villes préférées, pourquoi Roland-Garros était important pour vous cette année ?
J'adore jouer à Paris et j'adore la terre battue également, parce que je m'y amuse beaucoup. Oui, je voulais essayer. En fait, c'est mon talon d'Achille qui ne va pas très bien. Je me suis dit que ça allait s'améliorer, mais si je pense à plus long terme, est-ce que je peux tenir le coup auprès autant de matchs ? Je ne crois pas. J'ai un peu de mal à marcher, c'est un petit signe avant-coureur. Il faut que j'essaie de me reprendre physiquement.

Pendant le premier tour, aviez-vous déjà eu ces sensations ? Vous-êtes vous dit que ce serait un combat durant ce tournoi ?
Oui, pendant le premier tour, lors de la deuxième manche, je commençais un peu à boitiller quand je marchais. Je me disais que ce n'était pas bon, qu'il fallait que je marche droit, j'ai essayé... Comme vous le savez, quand je suis sur les courts, je suis à 100 %, parfois même plus. Je donne tout ce que j'ai. D'une certaine façon, ça me console. Le talon d'Achille, c'est vraiment sérieux comme blessure, il faut faire très attention. Si ça empire, c'est l'une des blessures les plus graves.

"Parfois, je suis vraiment tout près d'atteindre mes objectifs"

Combien de temps vous faudra-t-il pour vous remettre, à votre avis ? Est-ce la fin de l'année pour vous ?
Je pense qu'il me faut entre quatre et six semaines à ne rien faire, me reposer et au moins deux semaines à rester vraiment assise. Après ces deux semaines, on m'a dit que je pourrais peu à peu commencer à travailler sur mes pieds. Je ne sais pas. Je ne peux pas encore calculer, je ne sais pas si je pourrai jouer un autre tournoi cette année. Déjà deux semaines à vraiment rien faire et ensuite, après ces deux semaines, je verrai. Je vais me remettre peu à peu. J'ai amplement le temps de me remettre pleinement pour être prête à l'avenir.

Comment décririez-vous la situation ? Votre esprit est pleinement là, en revanche votre corps vous fait défaut alors que vous avez envie d'aller de l'avant. Vous allez devoir rester assise et vous reposer, alors que vous l'avez déjà beaucoup fait pendant le confinement.
Mon corps aussi est là et a envie de jouer. Ce n'est pas quelque chose qui me dérange, mais c'est sévère. Si c'était mon genou, ce serait encore pire pour moi. Là, ça me fait mal, mais mon corps est là. Ce qu'il m'est arrivé à New York, c'est une question de timing et de malchance. Mon corps se porte bien, on ne peut jamais dire que je suis trop longtemps assise, parce que ça fait une vingtaine d'années que je joue.

Vous êtes l'une des meilleures joueuses au monde, vous avez réussi partout après tant d'années. Quelles sont vos sources de motivation pour rester à un tel niveau ?
J'adore la compétition, le tennis est ma passion et mon boulot. Je suis encore très bonne, vous savez, même si parfois je me dis que je ne le suis pas. Parfois, je suis vraiment tout près d'atteindre mes objectifs. C'est ce qui me pousse à aller de l'avant.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.