Bleus : Gasquet surpris par "l'altitude"

Bleus : Gasquet surpris par "l'altitude"©Media365
A lire aussi

Thomas Siniecki, Media365 : publié le jeudi 25 novembre 2021 à 23h57

Les mots de Richard Gasquet étaient assez forts après sa défaite jeudi, pour ouvrir la confrontation entre la France et la République tchèque en Coupe Davis. Heureusement, les Bleus ont réussi à renverser la tendance, non sans mal.



Richard Gasquet a bien failli mettre l'équipe de France dans l'embarras, en perdant à la surprise générale son premier match jeudi face à l'inconnu tchèque Tomas Machak (7-6, 6-2), afin de lancer la Coupe Davis. Le Biterrois de 35 ans s'en est pris à la géographie locale, celle d'Innsbruck donc (en Autriche) : "Je n'ai pas réussi à m'adapter à l'altitude, ça nivelle un peu les niveaux." Au-delà de cette analyse inattendue, Gasquet ne se cache pas : "J'ai fait énormément de fautes, j'ai été mauvais. A aucun moment, je n'ai réussi à bien frapper. J'ai perdu vraiment confiance après le premier set, ça m'a fait plus mal que ça aurait dû. C'est assez rare à ce point, c'est difficile à accepter. C'est douloureux à porter. Je n'étais pas au niveau, je suis moins solide qu'avant." Sera-t-il à nouveau aligné samedi contre les redoutables Britanniques ?

Le huis clos (en raison des mesures de confinement Covid) l'a visiblement plus gêné qu'Adrian Mannarino, qui dit qu'il n'y a "pas de bruit et c'est facile de se concentrer". "Si ça se passe en France, c'est totalement différent, c'est sûr, reprend Gasquet. Mais on le sait, aucune excuse." Au final, les Bleus ont réussi à rattraper la déconvenue de leur vétéran, alors que Mannarino était encore mené un set à rien lors du match suivant contre Jiri Vesely (6-7, 6-4, 6-2). Nicolas Mahut et Pierre-Hugues Herbert étaient ensuite également menés un set à rien face à Machak et Jiri Lehecka (3-6, 6-4, 6-3). "Il fallait s'adapter aux conditions assez lentes et à l'absence de public, on a essayé de rester optimistes et positifs", résume "P2H" sur beIN SPORTS. "C'était une grosse bataille, pas facile de trouver les ressources sans spectateurs", conclut le capitaine Sébastien Grosjean.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.