Ski alpin : Clarey déplore l'organisation d'une étape à Zermatt

Ski alpin : Clarey déplore l'organisation d'une étape à Zermatt©panoramic, Media365

Aurélie SACCHELLI, Media365, publié le mercredi 19 octobre 2022 à 16h45

Vice-champion olympique de descente, le skieur français Johan Clarey a déploré qu'une nouvelle étape de Coupe du Monde se tienne à Zermatt, sur un glacier à la frontière italo-suisse.


Comme chaque année, la saison de ski alpin débutera du côté de Sölden en Autriche, ce week-end, avec un géant féminin le samedi et un géant masculin le dimanche. Et alors que d'habitude, la Coupe du Monde fait relâche pendant trois semaines avant de véritablement prendre son rythme de croisière à partir de novembre, la Fédération internationale a décidé d'organiser un week-end de descente les 29-30 octobre (pour les hommes) et 5-6 novembre (pour les femmes), du côté de Zermatt, au pied du Cervin, à la frontière italo-suisse. Alors que l'heure est à la prise de conscience en raison du réchauffement climatique, l'organisation de cette nouvelle étape de Coupe du Monde fait grincer des dents. Johann Clarey, le vice-champion olympique de descente, qui a décidé de repartir pour une nouvelle saison (qui sera marquée par les championnats du monde en France), a fait part de sa colère auprès de l'AFP.

Pas encore de neige sur le bas du tracé

« Je trouve que cette course est un non-sens. Beaucoup de coureurs pensent comme moi mais très peu vont le dire. Je pense que la course n'a pas lieu d'être et n'a pas un avenir de fou. On voit que les conditions sur les glaciers sont de pire en pire chaque année, cette étape demande des moyens énormes en hélicoptère (pour monter le matériel, ndlr), des moyens humains pour boucher les crevasses, rendre une piste potable... Je ne comprends pas, ça ne va pas dans le sens dans lequel devrait aller la FIS. Beaucoup d'efforts en faveur de l'environnement sont faits dans les stations pour accueillir le grand public. Alors faire des courses qui vont à l'opposé de ça, je ne sais pas si on donne une très bonne image de notre sport. Le site est très compliqué pour faire de la descente. On a des transferts pour rentrer de Cervinia à l'hôtel d'une heure et demie minimum de remontées mécaniques. Ils n'ont pas dû trop penser aux coureurs. Tous les à-côté de la course vont être très compliqués là-bas ». Le départ des différentes descentes sera donné à 3700m d'altitude. L'AFP a constaté que la neige était totalement absente en bas du parcours, et il faudra donc que les températures baissent pour pouvoir utiliser les canons à neige. Ce mercredi, il faisait encore 18°c dans la ville de Zermatt, située au pied des pistes...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.