Simon : " Pourquoi pas jouer le Top 5 du général "

Simon : " Pourquoi pas jouer le Top 5 du général "©panoramic, Media365

Rédaction Media365, publié le jeudi 08 décembre 2022 à 16h15

Découvrez les réactions des biathlètes françaises à l'issue du sprint de Hochfilzen, et notamment celle de Julia Simon, la nouvelle leader de la Coupe du Monde.


Julia Simon (3eme, une faute au tir) :

« J'ai fait avec mes armes du moment, je n'étais vraiment pas au mieux. Les sensations étaient plutôt correctes, mais j'ai eu du mal à remettre du rythme. Les jambes étaient tétanisées. Je pense qu'aujourd'hui on prend un bon cours de ski par Anamarija Lampic (la Slovène, 5eme, ndlr). Mais ça me fout le smile (sic) car cette fille est tellement joyeuse, tellement sympa, ça nous montre que le niveau a encore rehaussé d'un cran, on n'a plus le droit à l'erreur, on est obligé de mettre les balles. J'ai fait avec ma forme, je termine à deux secondes de Marketa (Davidova), qui a sorti une très grosse course. On sait très bien qu'il ne faut pas l'enterrer. On ne l'a pas trop vue à Kontiolahti, mais on sait qu'elle est là. Quant à Denise (Herrmann-Vick), elle était intouchable. L'objectif de mon hiver, c'est de pouvoir être présente, même quand je ne suis pas très bien. Ce n'est pas possible d'être tout le temps sur le podium, même si Martin et Quentin l'ont fait (sourire). Je fais encore un peu l'ascenseur en termes de sensation. Il faut aussi ne pas s'écouter et savoir se faire mal, c'est ce que j'ai fait aujourd'hui. Le dossard jaune ? C'est cool. C'est un très bon début de saison pour moi. C'est une grande fierté, un honneur, et je vais me battre pour chaque petite seconde et pour chaque point. Mais j'essaie de ne pas penser à tout ça, de me faire plaisir. Je m'éclate derrière cette carabine. En couché, j'ai compris des choses. Je pense avoir les armes pour trouver cette régularité, et pourquoi pas jouer le Top 5 du classement général. »

Chloé Chevalier (11eme, une faute au tir) :

« La fin de semaine dernière a été un peu compliquée. Là, je partais à la fin, et c'était une bonne opportunité, c'était plus calme. Je me suis fait plaisir sur les skis. Il y a beaucoup de positif. A l'entraînement, je suis capable de faire des tirs hyper rapides, de m'amuser derrière la carabine, mais je manque d'audace pour le faire en course, l'enjeu me bloque encore un peu. J'ai quand fait des progrès. Je pense que cet hiver, je vais y arriver.

Anaïs Chevalier-Bouchet (16eme, deux fautes au tir) :

« J'ai l'impression de faire un copier-coller du sprint de la semaine dernière. Le ski est là, mais ça commence à devenir frustrant, car j'ai clairement le ski pour jouer bien mieux que ça. Deux balles, c'est trop. J'essaie de rester dans l'état d'esprit de me faire plaisir en course, mais ça commence à faire beaucoup. Je suis un peu déçue. Autant la semaine dernière, je le prenais avec philosophie, autant là, c'est dommage, je n'arrive pas à concrétiser. C'est un problème entre ma tête et mois. »

Lou Jeanmonnot (31eme, une faute au tir) :

« Sur le tir debout, je me suis mise à trembler comme si j'avais la gagne à porter de main, alors que ce n'était pas le cas. Je n'ai pas compris pourquoi. Ça me saoule un peu, même si, vu comme j'étais partie, une faute ce n'est pas si mal. C'est dans la tête, pas dans les jambes... »

Caroline Colombo (45eme, quatre fautes au tir) :

« Clairement, ce n'est pas bon. Je me fais surprendre sur le couché, et après je n'arrive pas à me remettre dedans sur le debout. C'est un apprentissage, on va dire. On va voir sur la poursuite. Il ne faut pas rester sur une mauvaise performance comme ça, il faut vite passer à autre chose. »

Propos recueillis par La Chaîne L'Equipe

Vos réactions doivent respecter nos CGU.