Montpellier : Alexandre Ruiz revient sur son changement de vie

Montpellier : Alexandre Ruiz revient sur son changement de vie©Panoramic, Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, Media365 : publié le jeudi 16 septembre 2021 à 20h05

Après avoir arbitré au plus haut niveau, Alexandre Ruiz a fait le choix de délaisser le sifflet pour intégrer le staff de Montpellier sous les ordres de Philippe Saint-André. Dans un entretien accordé à RMC Sport, le technicien s'est confié sur cette évolution.

C'est un changement de vie radical qu'Alexandre Ruiz a fait cet été. Arbitre au plus haut niveau depuis plusieurs années, il a décidé de raccrocher le sifflet pour embrasser son autre passion, celle de l'entraînement. Ayant passé ses diplômes en 2018 et ayant par le passé collaboré avec des clubs amateurs en parallèle de sa carrière dans l'arbitrage, le natif de Portiragnes a rejoint le staff de Philippe Saint-André à Montpellier. « J'ai un rôle d'entraîneur, c'était mon souhait et j'ai les diplômes pour ça », a confié l'intéressé dans un entretien accordé à RMC Sport avant de préciser son domaine de compétences. « Je m'occupe des attitudes au contact, des collisions, du travail debout, des duels et les rucks, précise celui qui a arbitré une demi-finale de Challenge Cup la saison passée. C'est ma responsabilité et c'est en plus un secteur où il y a beaucoup de fautes, donc on parle beaucoup de la règle aussi. Je m'occupe aussi du retour discipline sur lequel je suis intransigeant. »


Ruiz : « Quand c'est choisi c'est plus simple »

A la question de savoir si un tel changement s'est avéré facile à ses yeux, Alexandre Ruiz admet que « ce n'est pas facile » mais, malgré son attachement à l'arbitrage, il assure que « c'est un choix donc quand c'est choisi c'est plus simple ». Affirmant savoir qu'il voulait se lancer dans une carrière d'entraîneur, l'ancien arbitre international n'a pas voulu laisser passer une telle occasion. « La proposition de Montpellier, dans le timing de ma carrière d'arbitre, m'a surpris, ajoute-t-il. Mais parfois le train passe et on ne sait jamais s'il repasse. C'était l'opportunité. » Mais il n'est pas question d'un quelconque mélange des genres et Alexandre Ruiz assure avoir « un peu coupé les ponts » avec ses amis arbitres pour éviter tout amalgame. « Je n'ai pas envie de mettre en difficulté la corporation pour laquelle j'ai beaucoup d'attachement. C'est cette rupture avec les collègues qui est le plus dur dans ce choix, concède-t-il. Une rupture que j'ai choisie pour permettre la bonne équité, la loyauté et éviter de remettre en cause en système ou ma personne. «

Ruiz limite les contacts avec les arbitres

Une séparation qu'Alexandre Ruiz s'impose également les jours de match. Mais s'il assure ne pas tout s'interdire, « on a mis en place un process avec Philippe Saint-André ». « Durant la semaine, je n'ai aucun contact avec les arbitres. C'est Philippe qui gère toutes les questions techniques, assure l'ancien arbitre. Et le jour des matchs, je n'ai aucun contact avant match avec eux. » Mais, au-delà de l'arbitrage, c'est le collectif des arbitres français qui manque à l'ancien sifflet. « Ils étaient en stage au mois d'août. Depuis dix ans, j'y participe alors j'ai eu le cafard pendant trois jours, se rappelle Alexandre Ruiz. Surtout que j'étais habitué à organiser les nouvelles montées, les gages, la grosse soirée. Mais j'ai cru comprendre que j'ai manqué à beaucoup de monde ce soir-là. Quand tu es attaché aux hommes, les gens te manquent. » Un choix de carrière et de vie qui n'est pas sans conséquence mais qui pourrait être un gain pour le MHR sur le long terme.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.