Top 14 (J4) : Pau et le Racing 92 doublent le Stade Français Paris, Toulon et Lyon se promènent

Top 14 (J4) : Pau et le Racing 92 doublent le Stade Français Paris, Toulon et Lyon se promènent©Panoramic, Media365

Mathieu Warnier, Media365, publié le dimanche 29 octobre 2023 à 18h05

Perpignan a concédé une quatrième défaite cette saison à Pau, qui prend la tête du Top 14 à égalité de points avec le Racing 92, vainqueur à Montpellier. De leur côté, Toulon et Lyon ont signé des succès nets.


Perpignan 24-39 Pau

Pau a saisi l'occasion. En déplacement sur la pelouse d'une équipe de Perpignan en quête de confiance, les Béarnais ont signé une troisième victoire de rang en Top 14, synonyme de première place provisoire. L'USAP a démarré tambour battant avec un essai de Lucas Velarte dès la 8eme minute, transformé par Tommaso Allan, qui a ensuite manqué une pénalité. Joe Simmonds a fait de même côté palois. Le talonneur catalan y est allé de sa deuxième réalisation à six minutes de la pause mais le carton jaune écopé par Lucas Dubois pour un plaquage haut a relancé la Section Paloise. Sur la dernière action du premier acte, Samuel Ezeala a bonifié un bon décalage pour aplatir le premier essai béarnais. L'écart de sept points à la pause a été effacé six minutes après la reprise grâce à un essai de Sacha Zegueur. Les deux buteurs se sont répondus avant que Jack Maddocks ne donne l'avantage à Pau à 25 minutes de la sirène. Un avantage conforté par le deuxième essai de Samuel Ezeala. Après une nouvelle pénalité de Joe Simmonds, Posolo Tuilagi a rapproché l'USAP mais ce sont bien les Palois qui ont eu le dernier mot. Thibaut Daubagna a inscrit le cinquième essai de son équipe, qui s'impose nettement (24-39). Avec cette quatrième défaite de rang, Perpignan pointe à la dernière place du classement et n'a toujours pas inscrit le moindre point.

Montpellier 16-19 Racing 92

Le Racing 92 double le Stade Français Paris. Après la défaite du club de la Capitale à Bayonne, la formation des Hauts-de-Seine est allé s'imposer sur la pelouse de Montpellier pour prendre, au moins provisoirement, la première place du classement. Ce sont les Cistes qui ont ouvert le score au bout de onze minutes par la botte de Louis Carbonel après un talonnage à la main de la défense francilienne. C'est à un quart d'heure de la pause queMax Spring a permis au Racing 92 de passer en tête au tableau d'affichage, aplatissant en coin une action collective. Nolann Le Garrec a alors manqué la transformation. Quatre minutes plus tard, Baptiste Chouzenoux a anesthésié le GGL Stadium en bonifiant une passe chistera inspirée de Donovan Taofifenua pour inscrire le deuxième essai du Racing 92, avec son buteur qui a passé la transformation. La réplique montpelliéraine est venue d'une deuxième pénalité de Louis Carbonel à sept minutes de la pause puis d'une autre juste avant la pause, permettant au MHR de revenir à seulement trois longueurs. Un quart d'heure après la reprise, Donovan Taofifenua a conclu victorieusement une percée de Wame Naituvi pour redonner de l'air au Racing 92. La fin de match a vu les Montpelliérains pousser mais ce n'est que sur la dernière action, face à des Franciliens réduits à quatorze par le carton jaune reçu par Boris Palu pour deux fautes sur une même action, que Vano Karkadze a trouvé la faille et offert le bonus défensif à son équipe. Le Racing 92 s'impose de trois points (16-19).

Lyon 41-22 Clermont

Le LOU retrouve des couleurs. Après avoir concédé deux défaites avant la pause liée à la Coupe du Monde, les joueurs de Florian Gengenbacher ont profité de la réception de Clermont pour se relancer. Les Auvergnats ont mieux démarré la rencontre avec deux pénalités de Benjamin Urdapilleta dès la 7eme minute, entrecoupées d'un essai signé Alivereti Raka. Le résultat a été treize points d'avance pour l'ASM en 17 minutes. Davit Niniashvili a sonné la charge pour le LOU à la moitié du premier acte en aplatissant un essai non transformé par Paddy Jackson. La fin du premier acte a vu les buteurs se signaler avec deux réussites côtés rhodanien contre une seule pour la formation auvergnate. En conséquence, Clermont a atteint la pause avec cinq longueurs d'avance. Un retard effacé dès la 45eme minute avec un essai de Baptiste Couilloud transformé par Paddy Jackson. Ce dernier y est alors allé de sa propre réalisation pour permettre au LOU de creuser l'écart. Clermont s'est accroché grâce à deux pénalités de Benjamin Urdapilleta pour revenir à trois longueurs. Toutefois, Paddy Jackson a consolidé l'avantage du club lyonnais, qui s'est mis en quête du bonus offensif dans les dernières minutes. La libération est venue à quatre minutes de la sirène sur un contre rondement mené par Davit Niniashvili. Pour la forme, Paddy Jackson a passé une dernière pénalité après la sirène. Lyon s'impose nettement (41-22) et remonte au sixième rang quand Clermont retombe dans ses travers.

Toulon 41-7 Oyonnax

Toulon reste intraitable à domicile. Après Bayonne en amont du Mondial, c'est Oyonnax qui a pris une claque sur la pelouse du Stade Mayol. Après une pénalité précoce d'Enzo Hervé, la défense du club du Haut-Bugey a craqué au bout de seulement sept minutes. Tommy Raynaud ayant écroulé un maul qui allait à dame, l'arbitre a accordé un essai de pénalité au RCT et sorti le carton jaune contre le pilier oyonnaxien. Il en fallait plus pour sonner le promu, qui a immédiatement répliqué par l'intermédiaire de Loïc Credoz, qui a conclu un beau jeu d'avants. Toutefois, cet essai transformé a été le seul inscrit par Oyonnax dans cette rencontre. Après une deuxième pénalité signée Enzo Hervé, Gabin Villière a signé son retour après la Coupe du Monde sur une action collective parfaitement menée et offert treize points d'avance à Toulon au moment de retrouver les vestiaires. Le deuxième acte a vu Toulon imposer son rythme avec Setariki Tuicuvu qui a corsé l'addition cinq minutes après la reprise après un jeu au pied de Baptiste Serin. A l'approche de l'heure de jeu, la discipline a été un problème pour Oyonnax, qui a perdu Rory Sutherland en mêlée puis Pedro Bettencourt sur un en-avant volontaire en l'espace de deux minutes. A treize, les joueurs de Joe El Abd n'ont pas tenu. Après un deuxième essai de pénalité, Mattéo Le Corvec a corsé l'addition au bout d'une remontée de balle sur 100 mètres. Grâce à cette large victoire (41-7), le RCT remonte au cinquième rang quand Oyonnax, battu pour la troisième fois de suite, est avant-dernier.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.