Champions Cup : Huit vols différents pour les Bulls !

Paul Rouget, Media365 : publié le jeudi 11 avril 2024 à 18h52

Les joueurs de la franchise sud-africaine ont dû emprunter huit vols différents, pour un coût de 220 000 dollars, afin de raller dans les temps Northampton, où ils disputent un quart de finale de Champions Cup samedi.

Abracadabrantesque. Opposés aux Saints samedi soir à Northampton en quarts de finale de la Champions Cup, les Sud-Africains des Bulls ont dû se coltiner un incroyable périple afin d'arriver à temps dans les Midlands. Et ce en raison de l'annonce tardive du lieu de leur match après la victoire contre les Lyonnais au tour précédent. Les joueurs de la franchise de Pretoria ont ainsi été contraints d'emprunter huit vols différents. Des joueurs qui ont rejoint l'Angleterre en faisant notamment escale à Paris, Amsterdam, Zurich, Francfort, Doha ou encore Dubaï. "Dans un sport de haut niveau où vous voulez être compétitif, il n'y a pas beaucoup d'équipes qui partiraient sur huit compagnies aériennes différentes un mardi soir pour jouer un match le samedi soir", a regretté Jake White, le manager des Bulls.

"Nous devons bien faire les choses"

Et l'ancien sélectionneur sud-africain s'en est pris clairement à sa fédération. "Il y a deux semaines, nous sommes allés jouer le Leinster et il nous a fallu 28 heures pour arriver à Dublin et 27 heures pour revenir. Que cela nous plaise ou non, cela a un prix - que nous voyagions en classe affaires ou non. Et nous avons beaucoup de chance, notre conseil d'administration paie la classe affaires pour les 23 titulaires, ce qui est un geste fantastique de leur part et c'est un bonus, a-t-il encore déclaré.  Encore une fois, aucune équipe ne vole 28 heures avec huit avions différents. Certains atterrissent à 21h, d'autres à 2h... Si vous parlez d'une compétition où vous voulez être le meilleur au monde, cela ne tient pas la route. Et je ne vais pas arrêter de le dire : si nous voulons être les meilleurs, nous devons bien faire les choses." Une situation ubuesque qui impacte forcément l'environnement et a un coût, qui s'élève tout de même à 220 000 dollars.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.