Mercato : Kita demande à Kombouaré d'être "correct"

Mercato : Kita demande à Kombouaré d'être "correct"©Media365

Thomas Siniecki, Media365 : publié le lundi 15 août 2022 à 18h33

La prochaine réponse d'Antoine Kombouaré, à nouveau, sera scrutée de près. Son président Waldemar Kita n'a pas hésité, en effet, à souffler dans les bronches de son entraîneur à propos de ses sorties répétées sur l'effectif nantais.



Le torchon brûle à nouveau gentiment entre Waldemar Kita et Antoine Kombouaré. Le président des Canaris, coutumier du fait avec tous ses entraîneurs depuis son arrivée à la tête du FC Nantes, a repris (dans une interview accordée à L'Equipe) son coach qui réclame des renforts en cette dernière quinzaine du mois d'août, soit avant la fermeture du marché des transferts : "Je lui ai dit qu'on allait essayer de prendre deux ou trois joueurs. Je suis prêt à acheter, mais pas à acheter pour acheter. Si on me propose un joueur à 20 millions et que j'estime que ce n'est pas pour nous, je dirai non." C'est alors que le dirigeant s'emporte : "Moi, je suis un grand garçon, ça fait 20 ans que je suis dans le foot. Je n'ai pas besoin de montrer que je prends des initiatives ou qu'on me mette la pression. Ça ne fonctionne pas avec moi. Il faut être correct."

Une façon, donc, de recadrer Antoine Kombouaré alors que les deux hommes semblent finalement assez d'accord sur la conduite à tenir afin d'aborder la saison de la meilleure des manières. "On verra ce qu'on arrive à faire. On ne peut pas non plus amener un joueur par la force. Antoine l'a dit, il voulait Hwang. Mais Hwang ne voulait pas venir, il voulait l'étranger. Quand un joueur ne veut pas, tu fais comment ?" Ui-Jo Hwang, barré à Bordeaux, doit se contenter de maigres entrées en jeu depuis le début de saison en Ligue 2. Waldemar Kita rappelle les divergences de vue presque structurelles entre les entraîneurs et les présidents : "Nous, c'est sur du long terme ; eux, c'est chaque dimanche. Mais il ne faut pas non plus dire qu'il n'y a pas de joueurs. Après, qu'ils conviennent ou pas, c'est autre chose..."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.