Nantes : Kita explique le choix Gourvennec

Nantes : Kita explique le choix Gourvennec ©Panoramic, Media365
A lire aussi

Juba Touabi, Media365, publié le jeudi 30 novembre 2023 à 10h45

Waldemar Kita, le président du FC Nantes, s'est expliqué au sujet du récent changement sur le banc des Canaris.



Après une première partie de saison compliquée, les camarades de Pedro Chirivella occupent la 11e place de Ligue 1 avec quatre points d'avance seulement sur le premier relégable. La formation nantaise n'a pas convaincu jusqu'à présent sous la direction de Pierre Aristouy. Ce dernier a donc été écarté du poste d'entraîneur de l'équipe première.

Dans un entretien accordé au quotidien l'Equipe, le premier responsable du club nantais Waldemar Kita a expliqué sa décision de mettre un terme à l'aventure du coach français. « Il y a des détails au quotidien qui justifient cette décision, a-t-il indiqué. Et on a l'impression qu'on ne progresse pas. On n'a gagné que cinq matchs depuis que Pierre est là, on a l'une des plus mauvaises défenses du championnat... Il y a des choses qui apparaissent tellement logiques... Pierre est quelqu'un avec des qualités. Peut-être qu'il lui faudrait trois ou quatre années de plus pour encore progresser sur certains points ».

Kita envisage un ou deux renforts en janvier

Afin de relancer la machine, les dirigeants nantais ont décidé de faire signer Jocelyn Gourvennec. Il sera chargé de remettre l'équipe dans le bon sens et s'éloigner un maximum de la zone rouge. Concernant cette décision, Waldemar Kita dira : « Il a de l'expérience. Il est passé par Bordeaux (2016-2018), par Lille (2021-2022), il a une expérience européenne. Franck (Kita, le DG) a passé six ou sept heures avec lui, et il a été très convaincant. J'avais déjà failli le prendre il y a quatre ou cinq ans. »

Le président du FC Nantes a également été questionné au sujet des objectifs fixés à Jocelyn Gourvennec jusqu'à la fin de l'exercice sportif en cours. « Oui, qu'on se sauve sans trembler, qu'on montre du beau jeu, qu'il se montre juste, a ajouté l'homme d'affaires franco-polonais. Si tu es bon, tu joues. Sinon... S'il y a besoin de lui donner les moyens pour le faire en ajustant notre effectif sur un ou deux postes, on le fera ».

Vos réactions doivent respecter nos CGU.