PSG : Du lobbying pour le Ballon d'or de Messi ?

Paul Rouget, Media365 : publié le samedi 06 janvier 2024 à 15h44

D'après Mediapart et Le Monde, le PSG aurait fait pression sur l'ex-rédacteur en chef de France Football, notamment via des cadeaux, pour que Lionel Messi remporte le Ballon d'or en 2021.

En novembre 2021, Lionel Messi, débauché quelques mois plus tôt par le PSG après la fin de son contrat au Barça, avait remporté son septième Ballon d'or, devançant Robert Lewandowski et Jorginho. Mais d'après Mediapart et Le Monde, ce nouveau sacre de l'Argentin, qui en compte désormais huit, aurait pu faire l'objet d'un lobbying du club parisien. Une enquête judiciaire est en cours et vise le PSG, qui aurait "motivé" Pascal Ferré, l'ancien rédacteur en chef de France Football, le magazine qui décerne le prestigieux prix après le vote d'un panel de journalistes. Le club de la capitale aurait entretenu des liens particulièrement étroits avec le journaliste, notamment par l'entremise de Jean-Martial Ribes, un ancien directeur de la communication du PSG par ailleurs mis en examen pour sept délits dont "corruption" et "trafic d'influence".

De nombreux cadeaux

D'après les documents consultés par les enquêteurs, en juillet 2019, Ribes aurait fait supprimer à Pascal Ferré un article de France Football qui reprenait des informations de Mediapart sur une potentielle commission illégale versée par Nasser Al-Khelaifi, le président du PSG, à l'agent de Javier Pastore en 2011. L'ex-rédacteur en chef aurait aussi bénéficié de cadeaux, comme des places pour les matchs au Parc des Princes, notamment une rencontre de Ligue des champions à huis clos contre Dortmund en mars 2020, ou encore, un an plus tard, un vol aller-retour en classe affaires sur Qatar Airways d'un montant de 8 986 euros payé par le gouvernement du Qatar. Et le nom d'Al-Khelaifi apparaîtrait aussi dans ce dossier. Un dirigeant qatari également dans la tourmente pour une autre affaire, récemment révélée par Mediapart. D'après le site d'investigation, le Qatar aurait ainsi fait pression sur le gouvernement français lors de l'opération de police qui a visé en juillet dernier le président parisien au sujet de la détention d'un lobbyiste dans l'émirat.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.