Reims : Caillot dénonce "un problème avec l'arbitrage français"

Reims : Caillot dénonce "un problème avec l'arbitrage français"©Panoramic, Media365
A lire aussi

Axel Allag, Media365, publié le lundi 29 août 2022 à 18h25

Excédé par l'arbitrage de Jérémy Stinat lors du nul entre Reims et l'OL (1-1), Jean-Pierre Caillot n'a pas masqué sa colère après le coup de sifflet final. Il a appelé l'arbitrage français dans son ensemble à une remise en question.


En zone mixte, Jean-Pierre Caillot n'a pu contenir sa colère. Le président du Stade de Reims n'a pas du tout apprécié l'arbitrage de Jérémy Stinat lors du nul concédé face à l'OL (1-1). Comme face à Clermont 15 jours plus tôt, le club champenois a dû évoluer en infériorité numérique. Dimanche, c'est en raison de l'exclusion de Dion Lopy pour un tacle les deux pieds décollés sur Alexandre Lacazette (63ème) que la situation s'est produite. Près de 20 minutes plus tard, Moussa Dembélé a égalisé pour la formation de Peter Bosz, parvenant à donner 1 point à l'OL.

"Ce sont toujours les mauvaises décisions du mauvais côté"

"Je le répète toutes les semaines, il y a un problème avec l'arbitrage français. Quand j'ai dit à la fin à l'arbitre qu'ils étaient nuls, il l'a noté dans son calepin, donc je serai sûrement suspendu pour cela. Mais c'était, je pense, la vision des 16 000 personnes qui étaient dans le stade. Ils font erreur sur erreur, ce sont toujours les mauvaises décisions du mauvais côté. Cette expulsion de Dion Lopy, elle fait mal et elle casse le match. Je sais que les petits clubs doivent descendre cette année, mais il y en a marre", s'est emporté le président Caillot.


"Jouer à dix contre onze ou douze, c'est très difficile"

Par la suite, il a déploré le manque de mesure dans le traitement des équipes. "Il faudrait que Monsieur Garibian (directeur technique de l'arbitrage français, ndlr), au lieu d'aller sur les plateaux de télévision et d'expliquer que tout va bien, explique à ses troupes que l'arbitrage, toutes les semaines, sur tous les terrains doit être le même, pour tout le monde. Parce que je suis convaincu que si c'est le Paris Saint-Germain ou Lyon qui a la faute dans la surface, il y a penalty (sur Balogun, ndlr). Et nous, il n'y a pas penalty (...) Que les décisions soient les mêmes partout. Il y en a marre de cet arbitrage français", a-t-il affirmé.

Oscar Garcia, l'entraîneur de Reims, allait dans le même sens, en conférence de presse. "Jouer à dix contre onze ou douze, c'est très difficile. Nous sommes habitués...", a-t-il pesté. Mercredi, dans le cadre de la 5ème journée de Ligue 1, Reims se déplacera sur la pelouse d'Angers (19 heures) avec l'envie sans doute claire de terminer la rencontre à onze contre onze...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.