PSG : Mbappé peut-il rompre son contrat ?

PSG : Mbappé peut-il rompre son contrat ?©Panoramic, Media365

Paul Rouget, Media365 : publié le jeudi 13 octobre 2022 à 10h42

Désireux de quitter le PSG, Kylian Mbappé pourrait rompre son contrat si les accusations de Mediapart sur l'« armée numérique » du club parisien sont avérées.



Le PSG a beau être toujours invaincu depuis le début de saison, et occuper la tête de la Ligue 1 et de son groupe de Ligue des champions, les polémiques et les crises ne cessent pourtant de se multiplier au sein d'un club parisien définitivement à part. Après le penaltygate et la polémique des chars à voile, le mouvement s'est accéléré cette semaine. Mardi, on apprenait que Kylian Mbappé, mécontent de son rôle et de son statut, voulait quitter le club dès cet hiver. Et le lendemain, Mediapart lâchait une véritable bombe en révélant que le PSG aurait utilisé une agence numérique afin de mener des campagnes de dénigrement sur les réseaux sociaux. S'appuyant sur une « armée numérique », le club de la capitale aurait notamment ciblé Mbappé, en 2019. Ce que le PSG a depuis fermement démenti. Mais si ces accusations sont avérées, le prodige de Bondy serait en mesure de rompre son contrat, désormais lié au club parisien jusqu'en 2025.

"Suffisamment grave pour justifier une rupture du contrat"

C'est ce qu'assure Tatiana Vassine, une avocate spécialisée dans le droit du sport interrogée par RMC. "Chacune des parties liées par un contrat de travail est soumise à une obligation de loyauté qui est l'équivalent de l'obligation de bonne foi existant dans tous les contrats. Cette obligation requiert que le salarié, comme l'employeur, exécutent leurs obligations l'un envers l'autre de manière loyale, et évidemment sans nuire à l'autre, explique-t-elle ainsi. Les joueurs professionnels sont liés à leur club par un contrat de travail à durée déterminée. Ce type de contrat ne peut être rompu que dans des cas précis comme la faute grave. Elle a par exemple été retenue dans des cas de violences physiques, verbales ou d'abus de la liberté d'expression. Si elle était avérée et imputable à l'employeur, donc le club, ce serait à mon sens suffisamment grave pour justifier une rupture du contrat." Le PSG peut trembler...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.