Prolongation de Mbappé, la presse espagnole s'embrase

Prolongation de Mbappé, la presse espagnole s'embrase©Media365
A lire aussi

Faraj Benlahoucine, Media365 : publié le samedi 21 mai 2022 à 20h53

Suite à l'annonce de la prolongation de Kylian Mbappé au PSG, la presse espagnole s'est enflammée au moment de relayer l'information.



La nouvelle de la prolongation de Kylian Mbappé au Paris Saint-Germain ce samedi, bien qu'elle n'est toujours pas officielle, a eu l'effet d'une bombe. Notamment de l'autre côté des Pyrénées où le Real Madrid attendait l'attaquant français après de nombreux mois de lutte en coulisses pour tenter d'arracher sa signature. En vain. Le choix du cœur a-t-il primé sur la raison ? Pas du tout selon le quotidien AS. "Mbappé a montré qu'entre son portefeuille et son rêve d'enfant, il préfère le portefeuille. Il reste le footballeur le plus riche du monde, mais en même temps le plus pauvre en termes sportifs. Il a préféré trois zéros de plus à droite sur son compte bancaire que trois Ballon d'Or et trois Ligue des champions" peut-on lire notamment dans les colonnes de ce quotidien pro-madrilène.

Outre ces lignes très acerbes de Tomas Roncero, AS a publié ce samedi plusieurs articles relatifs à ce séisme. Le quotidien relève entre autres que le champion du monde 2018 a prolongé au PSG "en dépit d'avoir d'avoir donné sa parole à Florentino Perez", le président du Real. Dans ce sens, le quotidien révèle également que le correspondant français à Madrid pour RMC, Fred Hermel, aurait déclaré que le clan Mbappé avait assuré à  Florentino Perez le futur engagement de Kylian Mbappé chez les Merengues. Par ailleurs, un autre article laisse entendre également que la Ligue espagnole se réserve le droit d'intenter une action contre le PSG. L'institution dirigée par Javier Tebas juge que cette prolongation est "impensable" au vu des pertes financières du club cette saison avoisinant les 220 millions d'euros. Et sans oublier que la masse salariale s'élève à 600 millions d'euros.


Comme pour apaiser quelque peu cette plaie béante, AS s'est réjoui de relayer la publication de Karim Benzema sur son compte Instagram peu de temps après l'annonce. L'index levé en direction de l'écusson du Real Madrid, le symbole que l'institution compte davantage que toute autre chose. Un sentiment partagé par Marca. Cet autre quotidien pro-Real Madrid a mis l'accent sur le manque d'ambitions de l'attaquant français. "Pour l'instant, il joue dans une ligue semi-clandestine, qui en Espagne est regardée sur deux chaînes régionales." Ce média tout aussi corrosif que son alter-ego, a toutefois également mis en lumière le point de vue de Fayza Lamari, la mère du joueur. Celle-ci a rétorqué à un tweet de Fred Hermel de la sorte: "Monsieur Hermel. Quand on ne sait pas on se tait .. jamais un accord n a été donné .. bien à vous"

En revanche du côté de la presse catalane, pro-Barça et donc intimement lié à l'ennemi du Real Madrid, c'est la liesse. "Revers pour Madrid et la Liga" a titré Mundo Deportivo. Celui-ci a même poussé le bouchon un peu plus loin en publiant un diaporama des plus grands échecs madrilènes sur le marché des transferts avec entre autres David De Gea, Neymar ou encore Erling Haaland. Chez Sport, autre quotidien sympathisant de la cause blaugrana, on se moque de cet échec. "Florentino : Ni Haaland, ni Mbappé" a été titré un article consécutif à l'annonce de la prolongation. Et cela ne devrait probablement pas s'arrêter en si bon chemin.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.