OM : Zeroual revient sur les affaires Longoria et OM-OL

OM  : Zeroual revient sur les affaires Longoria et OM-OL©Panoramic, Media365
A lire aussi

Victor Romedenne, Media365, publié le mardi 07 novembre 2023 à 16h10

A la peine sportivement avec une 9ème place en Ligue 1, l'Olympique de Marseille a déjà eu le droit, en plus, à plusieurs polémiques lors de cette première partie de saison. Acteur important de la vie du club, Rachid Zeroual s'est exprimé sur les différentes affaires qui concernent les supporters marseillais.



Le 18 septembre, alors que l'Olympique de Marseille n'avait pas encore perdu un match en championnat, les groupes de supporters ont eu une réunion avec les dirigeants marseillais. Emmené par le patron des South Winners, Rachid Zeroual, les supporters ont reproché de manière virulente différentes choses notamment à Pablo Longoria. Les critiques visaient principalement l'instabilité de l'équipe (trop de changements de joueurs, cadres, entraineurs, staff) et l'entre soi de Longoria. La venue de Marcelino qu'il connaît depuis 2006 en était le symbole. Apparemment ciblés par des menaces, les dirigeants s'étaient mis un temps en retrait et Marcelino a fini par quitter le club. Dans un entretien accordé à RMC Sport, Rachid Zeroual explique avoir revu Pablo Longoria : "Je l'ai laissé parler. Il m'a expliqué son point de vue, qu'il se sentait mal à l'aise quand le ton montait à ce point lors d'une réunion. Je lui ai répété qu'on était à Marseille, et que les supporters étaient comme cela, capables de hausser la voix. Il n'y a pas eu de menaces de morts, jamais de la vie. Je ne serais pas en face de vous si je l'avais menacé de mort. Avec toutes ces accusations, j'ai plus l'impression qu'on essaye de me décrédibiliser, de me museler et de m'isoler."

"Je ne supporte pas ce qui s'est passé contre Lyon."

Rachid Zeroual était évidemment dans les travées de l'Orange Vélodrome le 29 octobre lorsque le match entre l'OM et l'OL a été reporté en raison du caillassage du bus lyonnais qui a blessé Fabio Grosso au visage. "Je ne supporte pas ce qui s'est passé contre Lyon. Attaquer un bus de joueurs et voir l'état dans lequel était l'entraîneur, je n'ai jamais vu ça de ma vie. Il y a une montée de violence, il y a aussi des supporters marseillais lambda qui se font agresser dans certaines tribunes. (...) On parle d'indépendants, moi je vais dire que ce sont des extrémistes. Ce sont des fadas, des gens qui s'emparent de nos tribunes, qui sont camouflés, qui appartiennent ou pas à un groupe. Ils sont peut-être parfois abonnés au stade mais alors ils choisissent bien leur groupe, fuient le noyau des associations de supporters et restent à la marge pour qu'on ne les voit pas sur les caméras, que personne n'affiche leur nom ou leur visage", a expliqué le leader des South Winners.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.