Soudal-Quick Step : Les ambitions d'Evenepoel pour 2024

Soudal-Quick Step : Les ambitions d'Evenepoel pour 2024 ©Panoramic, Media365
A lire aussi

Paul Rouget, Media365 : publié le lundi 11 décembre 2023 à 19h20

De nouveau sacré sportif de l'année en Belgique, Remco Evenepoel s'est confié sur ses ambitions pour la prochaine saison. Et il compte bien briller lors des Jeux Olympiques de Paris, mais aussi pour son premier Tour de France.


Alors que Remco Evenepoel devrait lancer sa saison en février prochain au Tour de l'Algarve, qu'il avait remporté en 2022, on en sait désormais un peu plus sur le programme de celui qui vient d'être sacré sportif belge de l'année pour la troisième fois (photo), à seulement 23 ans. En marge d'une cérémonie organisée dimanche soir à Bruxelles et qui a également consacré Lotte Kopecky, championne du monde de cyclisme sur route, le coureur de la Soudal-Quick Step s'est confié sur ses ambitions, et notamment sur sa première participation à la Grande Boucle...

"Ma saison sera fixée sur Liège-Bastogne-Liège, le Tour de France, les Jeux Olympiques et les championnats du monde. Je ne ferai pas beaucoup de courses, mais toutes des courses de très haut niveau. J'espère revenir de Paris avec deux médailles dans les deux disciplines. Pour le Tour de France, je dois surtout découvrir la course, et voir ce que je suis capable de faire. Le triplé à Liège, ce serait magnifique avec trois maillots différents. Ce sera une saison avec beaucoup de challenges et beaucoup de motivation", a-t-il reconnu au micro de la RTBF.

"J'ai dû travailler mon mental"

Le coéquipier de Julian Alaphilippe est également revenu sur son année 2023, qui l'aura vu être sacré champion du monde de contre-la-montre et briller sur le Giro avant d'abandonner alors qu'il portait le maillot rose. Il a aussi revêtu la tunique de leader sur le Tour d'Espagne, dont il était tenant du titre, remportant trois étapes, contre deux sur le Tour d'Italie, ainsi que le classement de la montagne et le prix de la combativité. Et l'ancien footballeur s'est donc encore offert Liège-Bastogne-Liège, pour la deuxième fois de suite, la Classique de Saint-Sébastien et le Tour des Émirats arabes unis.

"J'ai dû travailler mon mental pendant cette année. Il y a certaines étapes et certaines courses pendant lesquelles j'ai dû rouler avec la tête plus qu'avec les jambes. Mais même dans les moments plus difficiles, j'ai quand même répondu présent. Je voulais devenir champion du monde du contre-la-montre et j'ai réalisé cet objectif. Je voulais gagner le Giro, j'étais bien parti puis le Covid en a décidé autrement", regrette-t-il encore.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.