Mondiaux : Alaphilippe y croit

Mondiaux : Alaphilippe y croit©Panoramic, Media365
A lire aussi

Paul Rouget, Media365 : publié le samedi 24 septembre 2022 à 11h17

Double champion du monde en titre, Julian Alaphilippe, même s'il n'est pas à 100% après sa chute sur la Vuelta, compte bien faire le triplé en Australie dimanche. Mais il aura de la concurrence...



Il a "la rage". Débarqué en Australie en business avec ses coéquipiers, et non en classe économique comme les coureuses de l'équipe de France, Julian Alaphilippe est surmotivé avant d'aborder la course en ligne des championnats du monde, dimanche à Wollongong. Après une saison galère marquée par plusieurs chutes, dont une - impressionnante - sur Liège-Bastogne-Liège qui lui a coûté sa participation au Tour de France, le double champion du monde en titre croit au triplé, même s'il n'est pas à 100% après s'être luxé l'épaule droite sur la Vuelta.

"On ne peut pas changer le cours des choses. Physiquement, je sais que je n'ai pas eu la préparation idéale et quand je dis que la tête peut faire la différence, c'est qu'il ne faut pas penser à ça, il faut regarder de l'avant. Je suis dans un état d'esprit différent des dernières années, où j'étais arrivé avec peut-être plus de confiance et une préparation complètement différente. Mais voilà, je suis prêt à tout donner, explique-t-il dans un entretien à L'Equipe.

"C'est limite si on m'enterre"

Et le coureur de la Quick-Step Alpha Vinyl reconnaît que cette année est, pour l'instant "mauvaise. Je le sais, mais c'est limite si on m'enterre. Il y a eu plein de fois où je voulais poser mon vélo dans le garage et passer à l'année prochaine. Alors que non, je suis encore là. J'aurais pu me dire, je m'en fous, j'ai déjà gagné deux fois le Mondial, je finis la saison tranquille en Italie et l'année prochaine, je remets le compteur à zéro. Mais non, j'ai faim, j'ai la rage."

En quête d'un troisième titre consécutif de champion du monde, ce que seul Peter Sagan a réussi dans l'histoire, Alaphilippe assure qu'il serait aussi comblé si un autre Français s'impose dimanche ("Ce serait magique"). On pense notamment à Benoît Cosnefroy, un invité de dernière minute qui a remplacé Rémi Cavagna. Mais la concurrence sera rude. Car si de nombreux cadors, à commencer par Jonas Vingegaard, manquent à l'appel, les Belges Wout van Aert et Remco Evenepoel, le Néerlandais Mathieu van der Poel ou encore le Slovène Tadej Pogacar font aussi figure de favoris. Réponse dimanche...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.