GP du Qatar : Déshydratation, vomissements... Le calvaire des pilotes

GP du Qatar : Déshydratation, vomissements... Le calvaire des pilotes©Panoramic, Media365

Paul Rouget, Media365 : publié le lundi 09 octobre 2023 à 17h48

Lors d'un Grand Prix du Qatar remporté par le toujours champion du monde Max Verstappen, les pilotes ont beaucoup souffert de l'extrême chaleur, entre déshydratation, vomissements, alors que certains étaient au bord de l'évanouissement.


Alors que Max Verstappen a célébré son troisième titre de champion du monde consécutif avec une 49e victoire en carrière dimanche sur le circuit de Losail, ce Grand Prix du Qatar a aussi été marqué par la chaleur extrême, qui a beaucoup affecté les pilotes. A tel point que certains ont même failli s'évanouir ! Avec près de 50 degrés ressentis et une absence totale de vent, ils ont beaucoup souffert, à l'image de l'expérimenté Fernando Alonso, qu'on a pu entendre se plaindre auprès de son équipe. "Le siège est en train de me brûler. Jetez-moi de l'eau ou quelque chose comme ça", a ainsi lâché l'Espagnol d'Aston Martin.

Leclerc : "Une chaleur folle !"

Et le fait que la FIA ait imposé trois arrêts, en raison de la forte dégradation des pneus vue la veille lors de la course sprint, n'a pas aidé, au contraire, les pilotes étant soumis à un rythme infernal sur un circuit exigeant. Pour Charles Leclerc, "ce n'est pas de la fatigue physique. Car on n'est pas fatigué musculairement, mais on n'arrive pas à s'hydrater. On perd tellement d'eau... Il y avait une chaleur folle ! C'était vraiment compliqué", a expliqué à Canal+ le Monégasque, qui a terminé avec sa Ferrari à la 5e place, devant Alonso et Esteban Ocon.

Ocon : "J'ai commencé à avoir des nausées"

Un Français qui a lui aussi vécu un calvaire lors de ce Grand Prix du Qatar. "C'était affreux, je ne me sentais pas bien. J'ai commencé à avoir des nausées, à vomir un peu pendant un tour. J'ai réussi à me calmer et à finir difficilement. Il n'y avait juste pas d'air. C'était irrespirable. Beaucoup plus dur que prévu, beaucoup plus dur que Singapour et beaucoup plus dur qu'en 2021", a confié le pilote Alpine au micro de la chaîne cryptée. Du côté de chez Williams, Logan Sargeant, victime d'une "déshydratation extrême", a été contraint à l'abandon, alors qu'Alexander Albon, proche de l'évanouissement, a dû se faire aider pour s'extirper de sa monoplace.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.