F1 : Plus de Grands Prix au calendrier à l'avenir

F1 : Plus de Grands Prix au calendrier à l'avenir©Panoramic, Media365

Mathieu WARNIER, Media365, publié le mercredi 23 mars 2022 à 09h42

Alors que la F1, avec l'arrivée de Miami, va organiser 23 Grands Prix en 2022, le patron de la discipline Stefano Domenicali n'a pas fermé la porte à un élargissement du calendrier avec le potentiel pour 30 rendez-vous.



La Formule 1 va-t-elle repousser ses limites à l'avenir ? Alors que le créneau laissé libre par la résiliation du contrat avec le promoteur du Grand Prix de Russie devrait être prochainement rempli, le calendrier de la saison 2022 va compter un nombre record de 23 Grands Prix. Toutefois, il est d'ores-et-déjà question d'un nouvel élargissement, avec notamment une troisième course aux Etats-Unis. Après Austin depuis 2012, Miami va accueillir la F1 en mai prochain et les autorités locales de Las Vegas avancent leurs pions pour 2023 avec un circuit urbain qui pourrait emprunter une portion du mythique « Strip ». Interrogé par la chaîne britannique Sky Sports en amont du Grand Prix de Bahreïn le week-end dernier, Stefano Domenicali a assuré qu'il y a de l'intérêt pour la F1 aux Etats-Unis « pas uniquement à Las Vegas, d'autres villes sont intéressées pour accueillir la Formule 1 ».

Domenicali : « Un potentiel à exploiter en Afrique »

Alors que le patron de la F1 assure que la stratégie du détenteur des droits commerciaux pour les Etats-Unis sera évoquée « très prochainement », un autre axe de développement géographique pourrait être rapidement évoqué. « En plus de l'Amérique et de la Chine, je pense qu'il y aura prochainement un potentiel à exploiter en Afrique, a déclaré Stefano Domenicali alors que la F1 n'a plus mis les pieds sur le continent africain depuis 1993 et la dernière course organisée sur l circuit sud-africain de Kyalami, alors remportée par Alain Prost. Il y a beaucoup d'intérêt là-bas. Il est évident que c'est un continent qui, jusqu'à présent, manque à notre calendrier au niveau géographique. » Toutefois, pour permettre un tel retour, la F1 pourrait être contrainte d'élargir son calendrier alors que les Accords Concorde imposent un maximum de 25 rendez-vous par saison. Mais, face à « l'intérêt porté à la F1 aux quatre coins du monde », le patron de la F1 ouvre la porte à un calendrier à 24 Grands Prix... voire même 30.

Des Grands Prix écartés pour faire de la place ?

Toutefois, une telle évolution devra se faire de manière raisonnée. «  C'est à nous de trouver le bon équilibre tout en prenant en compte les circuits qui veulent entrer au calendrier de la F1, quelles sont les lieux historiques que nous voulons voir au calendrier », admet Stefano Domenicali. L'ancien patron de l'écurie Ferrari, avant la première manche de la saison, n'avait pas caché que certains accords avec les promoteurs des Grands Prix arrivant à échéance à l'issue de la saison 2022, dont celui pour le Grand Prix de France, pourraient ne pas être renouvelés, ce qui pourrait permettre à la discipline d'ajouter de nouveaux rendez-vous sans toucher au nombre actuels de courses dans la saison. Dans un tel contexte, la bataille pourrait être rude entre les circuits présents au calendrier et ceux qui voudraient se faire une place au soleil, à l'image de Magny-Cours. Le maire de Nevers a récemment confirmé son ambition d'accueillir à nouveau la F1, que ce soit pour un Grand Prix d'Europe ou pour partager le Grand Prix de France avec Le Castellet.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.