Zhoya satisfait de sa première saison senior

Zhoya satisfait de sa première saison senior©panoramic, Media365
A lire aussi

Aurélie SACCHELLI, Media365, publié le lundi 12 septembre 2022 à 13h33

Dans un entretien à l'AFP, le grand espoir de l'athlétisme français Sasha Zhoya (20 ans) a fait le bilan de sa première saison chez les seniors, qu'il juge satisfaisante.


Depuis janvier 2020, il a décidé de porter les couleurs de la France, le pays de sa mère, alors qu'il aurait pu défendre celles du Zimbabwe (le pays de son père) ou de l'Australie (le pays où il est né), et c'est en 2022, l'année de ses 20 ans, que Sasha Zhoya a participé à ses premières compétitions en seniors (donc sur des haies plus hautes qu'en juniors) avec les Bleus. Ce lundi, le grand espoir de l'athlétisme français, sacré champion de France du 110m haies en juin avant de disputer les demi-finales des championnats du monde à Eugene en juillet puis de terminer dernier de la finale des championnats d'Europe de Munich en août en raison d'une chute, a fait le bilan de sa saison auprès de l'AFP. « C'est une belle première année. J'ai appris beaucoup de leçons, avec de bonnes expériences. Je suis assez satisfait de ma saison. Je pensais débuter avec des chronos autour des 13"30, et je réussis un petit 13"17 alors je suis en avance. »

Un déclin physique à partir de juin

Treizième meilleur performeur mondial de l'année, Sasha Zhoya a disputé onze 110m haies cette saison, de mai à août, mais veut désormais travailler physiquement pour être en forme plus longtemps. "J'ai des choses à adapter, reconnait-il. Je veux commencer ma préparation physique plus tôt pour être plus fort l'année prochaine. J'ai eu plusieurs petites gênes. C'est à revoir dans ma préparation pour la saison qui arrive, il faut changer avec les entraîneurs, je vais commencer plus tôt. Mon corps a besoin de tenir plus de quatre mois. Cette année, j'ai tenu jusqu'aux Championnats de France et après mon corps a commencé à fatiguer. J'ai aussi débuté un travail de préparation mentale." Un travail physique et mental qui, espérons-le, portera ses fruits dès 2023, où des championnats du monde sont prévus en août à Budapest, avant, bien sûr, le grand rendez-vous des Jeux Olympiques de Paris en 2024.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.