Wimbledon : Kyrgios assume son crachat

Wimbledon : Kyrgios assume son crachat©Panoramic, Media365
A lire aussi

Paul Rouget, Media365 : publié le mercredi 29 juin 2022 à 15h59

Après un nouveau dérapage au premier tour de Wimbledon, Nick Kyrgios, qui a craché en direction d'un spectateur, assume totalement.



Nick Kyrgios a encore fait des siennes, mardi, pour ses débuts à Wimbledon. Opposé au Britannique Paul Jubb, titulaire d'une wild-card, il a fini par s'en sortir, en cinq manches et après plus de 3 heures de jeu (3-6, 6-1, 7-5, 6-7[3], 7-5). Une rencontre du premier tour durant laquelle il a craqué après une dizaine minutes de jeu seulement ! En cause, les juges de ligne, qui "ont dans les 90 ans et ne voient rien". C'est ensuite le public londonien qui en a pris pour son garde. Kyrgios a ainsi reproché à certains spectateurs de l'avoir sifflé, et a même craché dans leur direction ! Des coups de sang totalement assumés par le fantasque joueur australien, qui s'en expliqué en conférence de presse... en mangeant des sushis - sans baguette mais avec une fourchette - alors qu'il répondait aux journalistes.

"Il y a eu beaucoup d'irrespect aujourd'hui. Je ne leur ai rien dit jusqu'à ce qu'ils ne s'en prennent à moi. Je ne sais pas si c'est normal, mais c'est du pur irrespect. Quelqu'un a crié que j'étais une merde. C'est normal ? Vous êtes déjà allé dans un supermarché pour commencer à déranger quelqu'un qui scanne ses achats ? Non, alors pourquoi devraient-ils le faire à Wimbledon ?, a-t-il d'abord interrogé. J'ai craché en direction de l'une des personnes qui me manquait de respect, oui. Je n'aurais pas fait ça à quelqu'un qui me soutenait. Je suis confronté à la haine et à la négativité depuis longtemps, donc je n'ai pas l'impression de devoir quoi que ce soit à cette personne." On attend avec impatience le prochain match du 40e joueur mondial, dont le meilleur résultat reste un quart de finale pour sa première participation en 2014. Il sera opposé jeudi au Serbe Filip Krajinovic.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.