US Open - Opelka : "Pour un journaliste qui n'a jamais mis le pied sur un court..."

US Open - Opelka : "Pour un journaliste qui n'a jamais mis le pied sur un court..."©Media365
A lire aussi

Thomas Siniecki, Media365 : publié le mardi 31 août 2021 à 23h49

Stefanos Tsitsipas a trouvé un appui, grâce à Reilly Opelka qui s'en prend aux médias. A écouter l'Américain, les observateurs ne peuvent pas comprendre les conditions de jeu. C'est pourtant Andy Murray qui s'est plaint...



Reilly Opelka, invité à son tour à donner son avis sur les pauses prolongées de Stefanos Tsitsipas au vestiaire, n'y est pas allé de main de maître. Mais pour le géant Américain (2,11 m), victorieux de Soonwoo Kwon au premier tour de l'US Open (7-6, 6-4, 6-4), c'est plutôt pour défendre son collègue grec : "Les médias craignent, c'est terrible. Il fait chaud et humide, donc pour un journaliste qui n'a jamais mis un pied de sa vie sur un court de tennis, qui n'a jamais connu cet environnement, c'est impossible de tenir 30 minutes... C'est physique, notre sport l'est. Mes chaussures dégoulinent de sueur. Après deux sets où on a bu et où on s'est beaucoup hydratés, on doit aller au vestiaire pour changer les chaussettes, les chaussures, les semelles, le short, le t-shirt, tout... Et ça prend cinq ou six minutes."

Zverev : "Si Tsitsipas ne fait pas un aller-retour sur la lune..."

Pour rappel, la polémique a été lancée par Andy Murray, qui a assuré qu'il avait "perdu tout respect pour Stefanos Tsitsipas" après son arrêt avant le dernier set lors de leur choc du premier tour, finalement remporté en cinq manches par le n°3 mondial. Opelka poursuit : "Ajoutez à ça le temps qu'il faut pour sortir du court et en revenir, je ne connais pas ce joueur, mais je doute fortement qu'il soit coaché. Je ne pense pas qu'on ait besoin d'être coachés sur le court, mais j'ai juste besoin d'aller me changer parce qu'il fait chaud et humide. Si les gens ne comprennent pas ça, c'est clairement qu'ils n'ont jamais passé une journée en tant que sportif de haut niveau, ou même qu'ils n'en ont jamais été proches."


Alexander Zverev a lui plaisanté, en réaction à un autre tweet d'Andy Murray qui comparait le temps pris par Stefanos Tsitsipas à celui mis par Jeff Bezos pour se rendre dans l'espace : "Je pense qu'il peut être très fort s'il ne fait pas un aller-retour sur la lune pour aller aux toilettes... Désolé, il fallait que je la fasse." Sourire ou pas, le sujet de conversation n°1 est donc tout trouvé en ces premiers jours de compétition à New York.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.