Nadal se souvient de son enfer avec les spectateurs en 2005, face à Grosjean

Nadal se souvient de son enfer avec les spectateurs en 2005, face à Grosjean©Panoramic, Media365
A lire aussi

Thomas Siniecki, Media365 : publié le lundi 21 mars 2022 à 23h46

Le huitième de finale de Roland-Garros 2005, entre Rafael Nadal et Sébastien Grosjean, avait été marqué par une incroyable animosité envers le jeune Espagnol. Ce qui permet de aussi de constater à quel point les choses ont changé pour lui...



Il y a eu des étincelles entre Nick Kyrgios et Rafael Nadal à Indian Wells, il y a quelques jours - comme à chacune des retrouvailles entre l'Australien et l'Espagnol, qui ne sont pas les meilleurs amis du monde. Nick Kyrgios a surtout eu des mots avec des supporters de "Rafa". Celui-ci a lui-même été interrogé sur ce type de situation, qu'il a dû affronter au cours de sa carrière. Comme à Roland-Garros en 2005, contre Sébastien Grosjean, où le futur vainqueur de 18 ans avait été chahuté assez copieusement par le public français. "Bien sûr que je m'en souviens. Pendant un moment, c'était injouable. Mais c'était à l'arbitre d'arrêter le match, pas à moi. Il devait mette fin à cette atmosphère qui ne permettait pas de jouer au tennis."

"Si je deviens contrarié ou que je perds ma concentration, je me dis que je ne suis pas quelqu'un comme ça"

Déjà, Rafael Nadal développait cette carapace qui est devenue une de ses marques de fabrique sur un court : "J'avais juste essayé de faire ce qui m'aide à continuer, même quand c'est difficile. Si je deviens contrarié ou que je perds ma concentration, je me dis que non, je ne suis pas quelqu'un comme ça. J'aime penser de manière positive, et pas seulement sur le court, mais aussi dans la vie de tous les jours." Une recette qui, en plus de quinze ans, s'est avérée plutôt bien vue.


Face à Sébastien Grosjean, le match en question était un huitième de finale, achevé en deux jours après une interruption à cause de la pluie. Le joueur de 18 ans, sur le moment, s'était déjà montré interloqué : "Je ne crois pas que le public ait vraiment fait ce qui convient sur un court de tennis. Attendre dix minutes comme ça sur le court, je n'ai jamais vu ça." Il allait ensuite gagner le premier de ses treize succès sur la terre battue parisienne.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.