Juniors : Van Assche va "réviser un peu, quand même"

Juniors : Van Assche va "réviser un peu, quand même"©Media365
A lire aussi

Thomas Siniecki, Media365 : publié le samedi 12 juin 2021 à 20h30

Deux jours après avoir gagné Roland-Garros en juniors, il faudra passer le bac de philosophie : tel est le quotidien de Luca van Assche, la tête sur les épaules... même s'il ne dément évidemment pas sa priorité donnée au tennis.



Luca van Assche n'a laissé aucune chance à Arthur Fils samedi, en finale du simple juniors de Roland-Garros (6-4, 6-2). "Je lui ai souhaité son anniversaire avant le match, puis je lui ai dit que j'étais désolé de lui avoir gâché, mais il s'est déjà fait un gros cadeau en disputant à la fois la finale du simple et celle du double." Fils, ensuite, a en effet remporté le double avec Giovanni Mpetschi Perricard, qui figurait également dans cet incroyable dernier carré 100% tricolore en simple (avec Sean Cuenin). Van Assche, forcément "très content", s'est "bien senti" : "Les finales se jouent souvent au mental, on joue très bien tous les deux et j'ai très bien abordé ce match, je suis resté concentré."

"Je savais que j'avais le capacité de gagner"

En plateau, sur France 2, Sébastien Grosjean l'a félicité : "Il était très solide, il m'a vraiment impressionné sur le plan tactique en jouant juste, très simple, avec un service très précis." "Je savais que j'avais la capacité de gagner le tournoi, et jouer les qualifications seniors il y a deux semaines m'a fait passer une étape", reprend Van Assche, qui a le bac philo au programme dès lundi : "Je vais réviser un peu quand même, mais ce sera plutôt du repos et savourer la victoire."


Natif de Belgique, il a "déjà commencé à jouer un peu de tournois Futures" : "Les juniors, ce n'est qu'une étape, il faut les pros. J'ai été accepté à Dauphine en maths info, mais c'est plutôt le tennis qui est ma grande priorité. Les études sont une deuxième option. Mes parents sont aussi très concentrés sur les études, à fond sur le tennis mais il ne faut surtout pas que j'arrête les cours, il faut que je continue. Ils me soutiennent dans les deux projets. On est arrivés de Belgique quand j'avais trois ou quatre ans, et ils m'ont mis au tennis à Aix en milieu d'année, au stage d'avril pour les vacances de Pâques. J'ai bien aimé et j'ai continué." Bien vu.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.