Open d'Australie : Les preuves apportées par Djokovic mises en doute

Open d'Australie : Les preuves apportées par Djokovic mises en doute©Panoramic, Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, Media365, publié le mardi 11 janvier 2022 à 10h03

Finalement autorisé à entrer sur le territoire australien, Novak Djokovic n'est pas encore assuré de participer à l'Open d'Australie. En effet, alors que le ministre australien de l'immigration peut encore annuler son visa, les autorités locales enquêtent sur les agissements du Serbe avant d'arriver à Melbourne.



Novak Djokovic va-t-il participer à l'Open d'Australie ? Alors que le juge Anthony Kelly a autorisé le numéro 1 mondial à entrer sur le territoire australien après avoir retoqué l'annulation du visa accordé au Serbe, il n'y a aucune certitude à ce sujet. En effet, le sort de Novak Djokovic est désormais dans les mains d'Alex Hawke. Ce dernier, ministre australien de l'immigration, a la possibilité d'user de son pouvoir personnel afin d'annuler purement et simplement le visa accordé au joueur qui a remporté l'Open d'Australie à neuf reprises. A cela pourrait s'ajouter une interdiction d'entrer sur le territoire australien pour trois ans. Toutefois, le membre du gouvernement ne devrait pas prendre de décision immédiate à ce sujet, le ministre souhaitant étudier le dossier de plus près. Mais ce qui ressemble à une temporisation de la part des autorités australiennes aurait une tout autre justification.

Djokovic piégé par les réseaux sociaux ?

En effet, selon les informations du quotidien local The Herald Sun, une enquête serait en cours concernant les preuves apportées par Novak Djokovic et jointes à son formulaire d'entrée en Australie. En effet, le numéro 1 mondial a répondu « Non » à la question portant sur le fait d'avoir voyagé dans les quatorze jours précédant le vol vers l'Hémisphère Sud. Or, après avoir passé les fêtes de fin d'année à Belgrade, ayant été photographié le 25 décembre dernier dans les rues de la capitale serbe, Novak Djokovic a ensuite rejoint Marbella pour des séances d'entraînement à la SotoTennis Academy, fait qui a été rendu public le 31 décembre dernier par le centre d'entraînement installé près de Marbella et géré par l'ancien joueur britannique Dan Kiernan. Or, pour respecter les conditions d'entrée en Australie, Novak Djokovic aurait dû arriver en Espagne au plus tôt le 22 décembre dernier. Face à ce qui pourrait être considéré comme « des informations fausses ou trompeuses », le Serbe pourrait avoir commis une « infraction grave », « passible d'une sanction civile » aux yeux des autorités australiennes. Autrement dit, Novak Djokovic est tout sauf certain de défendre son titre à Melbourne.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.