Ski alpin : Les projets de Pinturault

Ski alpin : Les projets de Pinturault©Panoramic, Media365

Emmanuel LANGELLIER, Media365 : publié le mercredi 06 avril 2022 à 18h31

Auteur d'une saison décevante, Alexis Pinturault se projette sur la suite de sa carrière et de sa vie.



Détenteur du gros globe de cristal, Alexis Pinturault a raté le coche sur la dernière saison. Connu pour être un monstre de régularité, le troisième skieur français de l'histoire à avoir remporter le classement général de la Coupe du Monde en 2021 s'est loupé et n'a pas gagné une seule course. Pis, aucune médaille aux Jeux Olympiques de Pékin où il visait l'or. Fatigué, le Français de 31 ans a maintenant besoin d'une longue pause.

Ensuite ? Pour le moment, il ne connait absolument pas son programme ! « Je ne sais pas, et c'est la première fois que je dis ça. Je reprendrai quand j'aurai l'envie et la motivation. Ça ne sera pas avant la mi-juin, voire fin juin, pour la préparation physique. Et remonter sur les skis, pas avant fin août à coup sûr. Là, on va couper, partir en Équateur et aux Galapagos pour faire de la plongée », dit le skieur au Parisien - Aujourd'hui en France. Durant l'intersaison, Pinturault pourrait faire évoluer sa cellule autour de lui. « Ça n'est pas impossible, mais ça n'est pas l'objectif premier. Je souhaite plutôt être plus souvent en France, et moins en Autriche, souligne celui qui s'entraîne dans la station de Reiteralm la majeure partie de l'hiver. Ça a toujours été ma volonté, mais il y avait très peu de stations de ce pays qui proposaient des pistes toujours préparées. C'est maintenant le cas à Courchevel, ma station, où même en nocturne c'est praticable désormais. Donc on va essayer de trouver des solutions pour être plus présent, tout en essayant de gérer la logistique liée aux nombreux déplacements. »

Pinturault : « J'aimerais devenir papa dans un futur proche »

Alexis Pinturault, 10eme du classement général 2022 très loin derrière Marco Odermatt, confie aussi un projet de paternité. « C'est toujours bien de changer un peu ses habitudes dans une carrière. Ensuite, j'aimerais devenir papa dans un futur proche, que l'on commence à fonder une famille avec Romane, dit-il au sujet de sa femme qui est aussi son attachée de presse. C'est toujours mieux dans cette optique de se rapprocher de nos proches, des grands-parents qui pourraient garder les enfants... » Et quid du gros globe de cristal lors du prochain exercice ? « Le calendrier est de moins en moins fait pour les polyvalents qui font de la technique, comme moi. Pour jouer le général, c'est de plus en plus difficile : il n'y a plus de combiné, et le slalom devient hyperspécialisé, sur des sites particuliers qui rajoutent des contraintes de calendrier. On est six sept, grand maximum, à faire slalom et géant sur le circuit. Il y en a 20-25 qui font super-G et géant. Il se peut donc que je fasse des choix par rapport au général », observe le Français.

Partant pour les JO 2026

Enfin, le champion tricolore semble désormais avoir les idées plus claires concernant les Jeux Olympiques 2026, lui qui disait au début de la saison ne pas être certain d'aller jusque-là. « J'étais dans une phase où je ne savais pas du tout combien de temps j'allais être capable de faire. Aujourd'hui, je me vois plus facilement aller jusqu'aux Jeux de Milan-Cortina, avec les Mondiaux de Courchevel-Méribel d'abord l'année prochaine », a confié Pinturault, mercredi. On devrait donc voir encore le Français sur des skis en compétition pendant encore au moins quatre ans.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.