Bayonne ne s'arrête plus

Bayonne ne s'arrête plus©Panoramic, Media365

Thomas Siniecki, Media365 : publié le dimanche 06 novembre 2022 à 18h41

Les joueurs de Grégory Patat réussissent un début de saison exceptionnel, avec une nouvelle victoire de gala samedi à Clermont (20-25) pour conclure en beauté avant la trêve. Bayonne est la sensation des dix premières journées.



L'Aviron Bayonnais reste sur le petit nuage de sa remontée en Top 14. Après dix journées, les Basques figurent dans le top 6, celui qui qualifiera en fin de saison pour les barrages (ils seront septièmes, au pire, si Toulon bat Montpellier en clôture du programme dimanche soir). Doublon ou pas, la victoire de samedi à Clermont (20-25) est historique : c'est tout simplement la première de l'histoire pour l'Aviron en Auvergne - en première division. Les visiteurs étaient pourtant menés 12-0, on vous laisse donc faire le calcul de la spectaculaire remontée... Camille Lopez, revenu au bercail cette saison, résume "un gros état d'esprit" (pour Rugbyrama.fr) : "On n'a jamais rien lâché (...) Franchement, on ne venait pas avec la prétention de faire un match plein. On n'a pas l'effectif des autres, on avait déjà laissé des plumes."

Le demi d'ouverture, qui retrouvait aussi la pelouse de Michelin où il a évolué huit ans (depuis 2014), admet qu'il y avait pourtant "un peu de décompression, inconsciemment" : "Mais au final, avec les rotations, on gagne alors que beaucoup avaient annoncé qu'on allait prendre une déculottée !" Le deuxième-ligne Denis Marchois a eu peur, lui aussi : "On ne voulait pas prendre 60 points. Après les deux essais clermontois on se dit qu'on a rien fait. Franchement, on a passé la première période à prendre des mecs dans la gueule et on aurait pu lâcher (...) Je ne sais pas pourquoi, mais je sentais qu'on pouvait faire quelque chose." A Jean-Dauger, Bayonne avait déjà battu le Racing (31-25), l'UBB (20-15), La Rochelle (29-13) et Toulouse (26-22) la semaine dernière. Oui, ces Bayonnais ont la frite.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.