Japon : La naturalisation, la clef du renouveau des Brave Blossoms

Japon : La naturalisation, la clef du renouveau des Brave Blossoms©Panoramic, Media365

Guillaume MARION, Media365 : publié le samedi 19 novembre 2022 à 17h55

En quelques années, le Japon s'est fait un nom dans le rugby mondial et figure désormais dans le top 10 du classement IRB grâce notamment aux naturalisations de plusieurs éléments.



Les Brave Blossoms ne font plus rire. Si le Japon a longtemps été considéré comme un "petit" adversaire peu dangereux, la donne a bien changé au 21eme siècle. En effet, depuis quelques années maintenant, les Nippons sont devenus des adversaires à ne plus sous-estimer, eux qui ont commencé à marquer les esprits lors de la Coupe du monde 2015 en Angleterre (victoire 34-32 contre l'Afrique du Sud lors de la phase de groupes). Pour cela, Jamie Joseph, le sélectionneur japonais, peut notamment compter sur l'apport de nombreux joueurs naturalisés, recrutés parfois très jeunes. Ces derniers ont ainsi permis aux Brave Blossoms de passer un cap, eux qui sont actuellement au 10eme rang du classement IRB. Dimanche, face au XV de France, Dylan Riley, Siosaia Fifita, Lappies Labuschagné, Peter Leitch, Jack Cornelsen ou encore Warner Dearns seront titulaires et défendront les couleurs nippones. Ce dernier est par exemple arrivé au Japon à 15 ans pour suivre son père, préparateur physique d'une équipe professionnelle, et a depuis suivi un chemin tout tracé jusqu'à la sélection de son pays d'adoption.

Ibanez et Ollivon notent les progrès nippons

Contre les Anglais, lors de leur dernier match (défaite 52-13), ils étaient par exemple huit sur les 23 présents sur la feuille de match à ne pas être originaires du Japon. Forts de cela, les Brave Blossoms ont grandement progressé, comme l'a expliqué Raphaël Ibanez. « L'évolution ou la progression du Japon est constante. C'est une équipe qui nous a donné beaucoup de fil à retordre cet été », a déclaré ce samedi le manager général des Bleus, en conférence de presse. L'ancien talonneur évoque même du « génie technique » à propos du prochain adversaire de la France. « On s'est préparés très sérieusement. On a vu la qualité des Japonais qui ont fait un très bon match contre les All Blacks il y a quelques semaines (défaite 38-31). Ils leur ont posé pas mal de problèmes. On est fiers de ce qu'on a fait, mais tout le monde avance et les Japonais aussi. Ça nous oblige en permanence à monter le curseur », a pour sa part expliqué Charles Ollivon, qui sera le capitaine français ce dimanche à Toulouse. Après avoir décroché un nul (23-23) dans l'Hexagone en 2017, le Japon aura sans doute à cœur de mettre à mal la belle série des Tricolores.

La composition du Japon contre la France :

Yamanaka - Riley, Nakano, Nakamura, Fifita - (o) Lee, (m) Saito - Labuschagné, Himeno, Leitch - Cornelsen, Dearns - Gu, Sakate (cap.), Inagaki

Les remplaçants : Horikoshi, Millar, Takeuchi, Van der Walt, Tatafu, Nagare, Nakao, Matsushima

Vos réactions doivent respecter nos CGU.